L’Assemblée générale des Nations unies a adopté, jeudi 31 décembre, un budget de 3,231 milliards de dollars pour financer le travail de l’Organisation en 2021, contre les 3,074 millions de dollars accordés en 2020. La Cinquième Commission de l’Assemblée générale, chargée des affaires administratives et budgétaires de l’ONU, avait discuté et approuvé le budget quelques heures seulement avant que la plénière ne l’adopte, mettant fin à un blocage de plusieurs jours qui avait empêché son adoption en raison de divergences entre Etats membres. Plus tôt dans la semaine, le président de l’Assemblée générale, le Turc Volkan Bozkir, avait exprimé sa «préoccupation» face à ce retard inédit qui risque d’impacter le travail essentiel de l’ONU, alors que le monde est toujours aux prises avec les conséquences sanitaires et socio-économiques de la pandémie. «Nous avons travaillé ensemble pour construire un consensus et faire preuve de prudence et de flexibilité à un moment critique de l’histoire», a déclaré jeudi dernier M. Bozkir, lors de la dernière session plénière de l’année, pendant laquelle le budget a été adopté. Il a mis en exergue quelques-unes des 75 réunions plénières qui ont eu lieu dans la salle de l’Assemblée, cette année, malgré la pandémie, dont le débat général, le sommet sur la biodiversité, la 31e session spéciale en réponse à la pandémie Covid-19 et les réunions de haut niveau sur le 25e anniversaire de la quatrième Conférence mondiale sur les femmes.
«En 2020, l’Assemblée générale a continué à diriger la scène mondiale et à fonctionner pleinement, afin de mettre en œuvre ses mandats… pour répondre aux besoins des personnes que nous servons», a-t-il affirmé.