Comme s’il n’avait pas assez vampirisé l’attention jusqu’ici, Kylian Mbappé avait ajouté un suspense insoutenable autour de sa participation à un match dont il était déjà l’acteur principal. Depuis lundi, et la grosse semelle d’Idrissa Gueye, Madrid ne vit qu’au rythme des indices parsemés ici ou là pour savoir si celui que tout une ville attend pourra finalement tenir sa place. Chaque pas relayé sur les réseaux sociaux est disséqué.
Boîte-t-il ou non ? Dès lors, à Madrid, du chauffeur de taxi, obnubilé par Mbappé à la vue du passeport français de son client, aux chaînes sportives, deux thèmes principaux, en dehors de la présence ou non de Toni Kroos, entouraient le 8e de finale retour de la Ligue des champions entre le Real Madrid et le PSG.
Mardi, toute la presse sportive madrilène, et même une partie de la presse catalane (El Mundo Deportivo), consacrait ses Une à la blessure du Parisien quand L’Equipe n’y accordait même pas un appel en première page. Ces mêmes journaux espagnols qui, sans doute victime du syndrome de Stockholm, avaient préféré insister sur la prestation monumentale de leur bourreau plutôt que sur le cauchemar du Real au lendemain du match aller. Si bien qu’on ne sait plus vraiment ce que désirent le plus les Madrilènes : un forfait qui, mécaniquement amplifierait les chances de qualification de leur équipe, ou la présence du gamin de Bondy pour électriser le stade comme un avant-goût de ce qui pourrait l’attendre la saison prochaine ?
Si la majorité des supporters interrogés l’espérait forfait, ce n’était pas le cas de tout le monde aux alentours de Bernabeu : «Je préfère le voir, nous témoigne Ruben, maillot de Modric sur le dos. Peut-être que Paris est meilleur avec lui mais je veux voir de mes yeux de quoi il est capable ici. On veut toujours voir les meilleurs joueurs alors Mbappé, notre futur avant-centre…» Le débat est a priori clos et le champion du monde sera bien de la fête. Ce mercredi encore, une photo postée par le joueur, où on le voit contempler le stade madrilène (ou plus sûrement regarder un hélicoptère qui survolait à ce moment-là Madrid), enflamme la presse madrilène et Marca le dit «émerveillé» par le Bernabeu. «L’image de Mbappé au Bernabéu veut dire: ‘si je pouvais, je changerais de maillot demain», a carrément avancé Antonio Romero, journaliste de l’émission à la Cadena SER.

MBAPPÉ TOURNE EN BOUCLE DEPUIS DES MOIS ICI
«Ce qu’il faut savoir, c’est qu’ici, Mbappé tourne en boucle depuis des mois, nous confie Pablo Polo, journaliste à Marca et suiveur du Real Madrid depuis 2006. C’est complètement fou et ça prend des proportions jamais vues. Personne ne doute de son transfert parce que les supporters du Real sont toujours très optimistes.»
L’espoir de le voir signer est viralisé chaque jour dans des émissions, des journaux et à longueur de débat car, autant que des titres, le Real, orphelin de Cristiano Ronaldo depuis 2018, a besoin de Ballon d’Or en puissance pour incarner ses ambitions. Il fallait voir l’arrivée du car parisien au pied du vertigineux Eurostars Madrid Tower, le cinq étoiles où réside le PSG, pour mesurer une partie de l’engouement. Chacun a guetté les pas du champion du monde et sa démarche, a priori sans heurt, accompagnée de hurlements de Madrilènes déjà enamourés. Un «Kylian, viens à Madrid» a même résonné au moment où il s’engouffrait dans le hall du palace.
Faut-il s’attendre dès lors à un Santiago Bernabeu particulièrement accueillant à l’heure de recevoir celui qui peut mettre fin au rêve européen du Real ? «ll va recevoir un super accueil, je suis sûr, avance Pablo Polo. D’abord, parce que c’est une vraie caractéristique de ce stade : il sait reconnaître les grands. Si le Real applaudit Ronaldinho quand il joue au Barça, je pense qu’il n’aura pas de problème avec Mbappé. Et puis tout le monde l’imagine déjà madrilène dans six mois. Enfin, je pense que les supporters savent que c’est important de se sentir bien accueilli et si ça peut faire pencher la balance… Ils feront quelque chose, c’est certain.»

MODRIC LE VEUT
Voilà qui place le Real, possible futur club de Mbappé mais adversaire hier, dans une situation délicate. Mardi en début d’après-midi, Luka Modric et Carlo Ancelotti ont dû affronter le sujet en conférence de presse. Près d’un tiers des questions concernait d’une façon ou d’une autre le champion du monde. Modric n’a pas caché son admiration pour Mbappé tout en prenant soin de caresser le PSG dans le sens du poil : «Évidemment, j’aimerais jouer avec lui dans mon équipe. On verra dans le futur. C’est dur de parler de joueurs qui n’appartiennent pas au Real. Les autres équipes peuvent s’énerver et mal interpréter.» Même numéro d’équilibriste pour un Carlo Ancelotti tiraillé par la nécessité de voir le Bernabeu bien se comporter avec Mbappé et le besoin d’avoir un stade derrière son équipe : «Je comprendrais si nos supporters applaudissaient Mbappé. Les fans de Bernabéu aiment les grands joueurs, mais ils aiment aussi voir Madrid gagner et bien jouer. Je veux qu’ils soient derrière nous.»
Et si les supporters devaient choisir entre une victoire en Ligue des champions en mai ou la signature de Mbappé ? Supporter depuis 2002, Amine, avant de s’engouffrer sous les grues de Bernabeu pour visiter le musée du club, se confie : «Au Real, on ne choisit pas, on prend les grands joueurs et les titres. Mais on a déjà 13 Ligue des champions et il n’y a qu’un Mbappé…» «L’élimination serait une catastrophe pour le Real, soyons clair, prédit Pablo Polo. La nuit sera rude mais la perspective de voir Mbappé signer au Real pourra en réconforter certains.» Hier, Madrid était complètement schizophrène.