Encore un problème de communication entre les institutions et les citoyens. Ici, il ne s’agit pas des dernières décisions concernant l’ouverture des frontières aériennes, ni de prix des produits alimentaires de première nécessité, ni de la levée « partielle » des subventions. Ici, il est question de santé.
Un peu plus de quatre mois après le début des premiers arrivages des vaccins en Algérie, le flou reste total. Cela concerne surtout un chiffre qui est toujours dans la case « en attente », celui des nombre de personnes vaccinées. A se demander s’il ne s’agirait pas d’un secret d’Etat !
Pourtant les responsables du secteur sanitaire ne lésinent pas, depuis le début de la pandémie, pour donner des chiffres précis. Au quotidien avec le bilan des cas de contaminations et du nombre de décès, et assez régulièrement sur tout ce qui est
en relation avec les variants du Covid-19.
Sans oublier tout le tapage qui est fait à chaque fois qu’une cargaison de vaccins est reçue par l’Algérie. Pour rappel, et selon les dernières données officielles, le pays a reçu à ce jour 2,5 millions de doses. D’ici la fin du mois de juin, selon les prévisions, le chiffre va dépasser le double, pour atteindre 5,5 millions. Ainsi, et en toute logique, la réception des doses des différents laboratoires devrait automatiquement booster la campagne de vaccination qui, il faut bien le rappeler, a démarré à la fin du mois de janvier. Mais, personne n’arrive à confirmer (ou infirmer) une éventuelle « tendance ». Le seul indice qui peut donner une idée sur le déroulement de cette opération, est l’absence de rush sur les vaccins au niveau des établissements sanitaires. Un fiasco ! Une « stratégie » (sic) bien cachée ! Ou tout simplement du mépris !
Pourtant cette situation ne devrait plus perdurer. Il y a d’abord les incessants appels des spécialistes pour recevoir ces données et qui, jusqu’à maintenant, point d’échos. Aussi, il ne faut pas oublier l’impact de l’ouverture des frontières aériennes (en attendant les terrestres et maritimes). D’ailleurs, tout le monde aura remarqué qu’à l’annonce des modalités d’entrée au pays rien n’a « filtré » sur les cas des personnes vaccinées. Les « ratages » s’accumulent, la grogne ne cesse de monter…