Il ne pouvait pas laisser passer cette chance sachant que, dans le haut niveau, les opportunités sont rares. Surtout dans une équipe qui se retrouve dans une bonne dynamique. Titularisé pour la première fois par Rudi Garcia avec l’Olympique lyonnais à l’occasion du 1/32 de finale de la Coupe du France face à l’AC Ajaccio, Islam Slimani a claqué un but et délivré deux passes décisives. Il était le grand artisan du large succès (5-1) et la qualification. Une manière à lui de montrer qu’il sera une sérieuse carte à jouer pour son coach dans les rendez-vous à venir.
Par Mohamed Touileb
Directement impliqué dans 3 de ses 5 réalisations des Gones mardi soir, l’international algérien a marqué les esprits (élu homme du match par les internautes) et convaincu Gracia qu’il pourrait compter sur lui plus souvent si besoin. Certes, en face, l’adversité n’était pas vraiment significative. Mais l’ancien sociétaire de Leicester City s’est montré sérieux et appliqué tout au long de la partie.
Compatibilité avec Depay
Sur le terrain du Groupama Stadium, le Fennec semblait avoir comblé le déficit physique dû au manque de compétition. Lui qui a rejoint l’OL dans les dernières heures du mercato hivernal en provenance des « Foxes » où il n’avait joué que 14 minutes lors de la première partie de saison. A la pause, lui et les siens menaient 4 buts à 0 et il était déjà buteur et passeur décisif. «Je me sens bien physiquement, je commence à connaître les joueurs, les déplacements, c’est bien pour moi et pour l’équipe», expliquait-il au micro d’Eurosport après les premières 45 minutes. Au terme des 90 minutes que le Champion d’Afrique a disputées en intégralité, son coach jugé que « son entente avec Memphis a été bonne. Ce sont deux joueurs qui aiment décrocher et il ne fallait surtout pas qu’ils viennent en même temps.
Ils ont été très complémentaires devant.» Cela nous rappelle son association très prolifique (9 buts et 8 offrandes) avec Wissam Ben Yedder lors de sa pige express mais aboutie à l’AS Monaco la saison écoulée.
La confiance
en soi, la clé
Habitué à évoluer en 4-3-3, Garcia a une option de muter en 4-4-2 si besoin avec Slimani qui excelle dans ce schéma. « On sait qu’Islam est un garçon qui bonifie le joueur qui évolue à côté de lui.
En changeant de système, ça m’a permis d’essayer autre chose », relève l’ex-entraîneur de l’AS Rome et l’Olympique Marseille.
A bientôt 33 ans, le deuxième buteur de l’histoire de l’équipe national (30 pions) derrière Abdelhafid Tasfaout (36) peut compter sur son mental d’acier pour rester productif et décisif au plus haut niveau. « Islam nous apporte beaucoup de confiance, parce qu’il en a énormément en lui », reconnaît Houssem Aouar, son coéquipiers chez les Rhodaniens.
Pour ceux qui doutaient de sa capacité à rééditer ses performances monégasques, il a livré les premiers éléments de réponse en attendant de confirmer prochainement puisqu’il en aura certainement d’autres occasions pour montrer l’étendue de son talent. n