Par Hakim Ould Mohamed
Le groupe Opep+ a vu sa conformité globale aux réductions collectives de la production de pétrole atteindre 115%, en septembre, en baisse par rapport au taux de conformité du mois d’août qui était de 116%. Même si le taux de conformité aux quotas cumulés reste supérieur à ce que le marché avait espéré, certains membres de l’alliance peinent encore à remplir leurs quotas respectifs, voire à augmenter leurs productions. Le taux de conformité élevé malgré l’assouplissement mensuel des réductions de 400 000 b/j du groupe Opep+ suggère que tous les membres signataires du pacte ne sont pas en mesure d’augmenter l’offre aussi rapidement que leurs quotas dans le cadre de l’accord. Selon les estimations de Bloomberg, si tous les membres de l’alliance Opep+ s’en tenaient à leurs plafonds de production respectifs en septembre, la production globale du groupe aurait été de 747 000 barils par jour (bpj) supérieure à ce qu’elle était en août. Sauf que l’Opep+ pompait 15% de pétrole brut en moins que son quota de production global pour septembre, ce qui suggère que certains membres sont confrontés à d’importantes difficultés qui font que leurs quotas ne sont pas totalement remplis. Depuis plusieurs mois maintenant, certains membres de l’Opep+, dont l’Angola, le Nigeria et l’Azerbaïdjan, ont du mal à augmenter leur production de pétrole au niveau le plus élevé possible autorisé par l’accord. Les difficultés sont dues à des problèmes techniques, à un manque d’investissements et à la baisse des efforts d’exploration à laquelle ils se heurtent ces dernières années. La conformité estimée à 115% des producteurs de l’Opep+ en septembre n’est qu’un chiffre préliminaire, qui sera examiné et modifié si nécessaire par le Comité ministériel conjoint de suivi (JMMC) début novembre, avant la réunion mensuelle des ministres de Opep+, prévue le 4 novembre. Pour novembre, la production de pétrole brut prévue par l’Opep et ses alliés parmi les producteurs non-Opep devrait être de 39,694 millions de barils par jour, après que l’Opep+ a décidé de s’en tenir au plan visant à assouplir les réductions collectives de 400 000 bpj le mois prochain. Si le groupe Opep+ continue de sous-produire par rapport à son quota global, cela pourrait laisser le marché pétrolier plus tendu que prévu, estiment certains analystes. n