Plus de 2,2 millions de personnes ont bénéficié de cours d’alphabétisation entre 2007 et 2015, a annoncé le directeur de l’Office national d’alphabétisation et d’enseignement pour adulte, Kamel Kherbouch, lors de son passage sur les ondes de la Chaîne I. Malgré cette avancée, le responsable a souligné la nécessité de renouveler la stratégie tracée par le gouvernement pour la concrétisation des recommandations régionales et internationales. Depuis 2007, «d’énormes progrès ont été réalisés en matière de lutte contre l’analphabétisme dont le taux de personnes analphabètes a reculé à 12, 33% sachant qu’il était à 22,3% il y a quelques années», a fait savoir Kherbouch. Grâce à plus de 12 000 cadres retraités chargés d’instruire les citoyens, ce sont surtout les femmes et les filles, âgées entre 15 et 45 ans, issues des zones rurales qui ont appris aujourd’hui à lire et écrire, a fait savoir le directeur de l’office. Dans ce sillage, le responsable a affirmé que grâce à la collaboration du mouvement associatif très impliqué dans la lutte contre ce fléau, de nombreuses personnes alphabétisées ont pu intégrer la formation professionnelle et
1 175 ont pu poursuivre leurs études dans les écoles étatiques. Aussi 9 546 personnes continuent leurs études par correspondance. «Certaines d’entre eux sont même devenues titulaires de licence et de mastère», a fait savoir le responsable. Par ailleurs, sept centres de lutte contre l’alphabétisme ont été créés récemment à Djelfa dans l’attente d’autres dans les zones rurales avec la collaboration du ministère de la Solidarité. Le responsable a conclu son intervention en insistant sur l’urgence de passer à une stratégie plus efficace pour atteindre les objectifs fixés par le contrat arabe d’alphabétisation qui exige des pays arabes de mettre un plan de lutte contre ce fléau étalé sur une durée de neuf ans, soit de 2015 à 2024. «Nous sommes également tenus de mettre en œuvres les recommandations de l’Unesco et le plan du développement durable jusqu’à 2030», a fait savoir Kherbouch qui a annoncé aussi le passage vers l’alphabétisation en langue amazighe, avant de passer à la culture et à l’informatique.