La 4e édition de «La nuit des idées», initiée par l’Institut culturel français en collaboration avec plusieurs partenaires, a été marquée dans la soirée de jeudi dernier par le vernissage d’exposition suivi d’une table ronde aux Ateliers sauvages 1.2.3, à Alger, afin d’exposer les rétrospectives de trois ans d’activité et d’existence de ces derniers, un espace cultuel dynamique au cœur d’Alger créé et dirigé par Wassila Tamzali.

Des artistes, peintres, intellectuels algériens et étrangers étaient présents lors de cette nuit « dédiée aux idées » aux artistes, penseurs et leurs œuvres. Les exposants ont saisi la présence du nombreux public pour présenter et expliquer leurs œuvres. Ainsi, ils ont discuté autour du thème de cette 4e édition « La Nuit des idées » «Face au présent ou l’art contemporain ?» Il est à noter que la majorité des artistes exposant étaient de jeunes Algériens venus des quatre coins du pays, heureux de retrouver cette ambiance d’activité culturelle nocturne de la capitale et conviviale, d’échange et de partage. La rencontre a été animée par Wassila Tamzali, directrice-fondatrice des Ateliers sauvages, et Bénédicte Alliot, directrice générale de la Cité internationale des arts de Paris.
Cette rencontre artistique avait connu la présence de grands artistes, à savoir Leïla Chahid, présidente des amis de l’IMA, et Mounir Gouri, plasticien lauréat du Prix spécial du jury de la jeune création contemporaine des amis de l’IMA. Mouni Gouri nous confie à propos de son œuvre, intitulée «Les récusés», que c’est un ensemble d’assiettes avec des frontières, chacune raconte une problématique d’une frontière, d’un conflit qui se passe dans le monde». L’artiste primé, nous assure qu’il compte continuer sur le chemin de l’art en dépit du manque de moyens et de soutien de l’entourage, qui n’aide pas vraiment à poursuivre une carrière d’artiste. «Beaucoup d’artistes ont abandonné le milieu artistique parce qu’ils n’arrivent pas à vivre de leur art», a-t-il affirmé à ce sujet. L’«Echec» est une œuvre réalisée par Lamine, pessimiste et déçu par l’état des lieux de l’art dans notre société, il nous confie que «l’échec est une représentation de la situation de l’artiste en Algérie». Pour rappel, «la Nuit des idées» est une initiative créée en 2016 par des intellectuels étrangers dont des Français, en vue de discuter autour des grands enjeux actuels. Pour célébrer cette nuit, les instituts français invitent tous les lieux de culture –dans les cinq continents- à célébrer ensemble la libre circulation des idées et des savoir en proposant des conférences-débats, des rencontres, des performances artistiques… autour d’un thème commun. Cette manifestation aura lieu chaque année, le dernier jeudi du mois de janvier. Les thèmes qui ont été abordés pendant ces trois dernières années sont respectivement «Le monde de demain», «Un monde commun», «L’imagination au pouvoir».