Au mental mais surtout au talent. Novak Djokovic a réussi à renverser Stfanos Tsitsipas en finale de Roland Garros hier pour s’imposer en 5 sets (6-7, 6-2, 6-3, 6-2, 6-4). Malgré un handicap de deux manches, le Serbe a fini par écrire la tragédie grecque de son adversaire après 4h11 de jeu.

Par Mohamed Touileb
Après avoir fait sortir Rafael Nadal, grandissime favori pour les Internationaux de France, «Nolé» ne s’est pas raté en finale. Il a bravé la fougue du Grec mais aussi la malédiction qui veut que les tombeurs de Rafa dans ce tournoi ne parvenaient jamais à triompher. C’était le cas pour Söderling en 2009 et de Djokovic en 2015. La guigne, le numéro 1 mondial n’en avait rien à carrer cette fois. Face à lui, il y avait un tennisman déterminé mais inexpérimenté puisqu’il jouait, à 22 ans, sa première finale en tournoi majeur. Quant à Novak, il en disputait la 29e. L’écart de prestige était là. Le poids du vécu a fini par peser. Malgré un avantage de 2 sets, Tsitsipas a fini par craquer et être contraint de disputer les 5 manches. Cela ne s’était plus produit à Porte d’Auteuil depuis l’édition 2004 et ce duel entre Gaston Gaudio et Guillermo Coria. L’arrivée de Nadal et son règne sur ocre a, il faut le noter, mis en place le mode de finale express.

Un tennisman complet
Dans tous les cas, on voyait mal comment le «Djoker» pouvait perdre cette finale dans laquelle il partait logiquement favori. Surtout qu’il y avait nombreux enjeux comme revenir à une longueur de Roger Federer et Rafael Nadal dans le nombre de victoires en Grand Chelem. Le Suisse et l’Espagnol en comptent 20 contre 19 désormais pour leur concurrent direct.
Ce qu’il faut savoir aussi c’est que le natif de Belgrade est devenu, à 34 ans, le premier joueur de tennis à remporter au moins deux fois chacun des 4 Grands Chelems. Son terrain de jeu favori reste l’Open d’Australie (9 victoires) puis Wimbledon (5 consécrations) suivi de l’US Open (3 triomphes) et Roland Garros où il a régné pour la 2e fois hier après 2016 en perdant 4 finales. On est clairement face à un tennisman très complet qui maîtrise toutes les surfaces. <