La prière du vendredi fera son retour le 6 novembre prochain à travers le territoire national, a annoncé hier le ministre de la Communication, Porte-parole du Gouvernement Ammar Belhimer.

La réouverture des lieux de culte pour la prière hebdomadaire se fera après les instructions données en ce sens par le président de la République, Abdelamdjid Tebboune, a précisé M. Belhimer, ajoutant que la décision concerne les mosquées jouissant d’une capacité d’accueil de plus de 1 000 places de façon à pouvoir appliquer la distanciation sociale. M. Tebboune a également décidé de l’ouverture de la salle de prière de la Grande mosquée d’Alger, la veille du Mawlid enabaoui, a ajouté le porte-parole du Gouvernement.
Outre la prière du vendredi, les mosquées rouvriront leurs portes à la prière d’El Fadjr, a encore fait savoir le même responsable. Dans cette perspective, il a été décidé le réaménagement des horaires de confinement dans les wilayas concernées par cette mesure entrant dans le cadre du dispositif sanitaire mis en place contre le coronavirus. Ainsi, ce confinement sera écourté d’une heure pour passer de 23H à 5H du matin contre 23H à 6H actuellement. Pour rappel, ce sont dix wilayas à avoir été maintenues sous le régime du confinement partiel après les dernières mesures d’assouplissement introduites, fin septembre, dans le cadre de la gestion de la crise sanitaire. Il s’agit de Boumerdès, Bouira, Relizane, Médéa, Blida, Tipasa, Alger, Oran, Annaba, Béjaïa. Huit autres wilayas, à savoir Tébessa, Illizi, El Tarf, Aïn Defla, Tlemcen, Tizi-Ouzou, Tindouf, Jijel, se sont vu rappelées à ce même régime après la détérioration de la situation sanitaire dans leurs territoires respectifs.
En fait, le retour à la prière du vendredi dans les mosquées était attendu pour constituer l’une des nouvelles mesures d’assouplissement progressif du dispositif anti-Covid 19 adoptées par les pouvoirs publics depuis plusieurs semaines. Notamment depuis la mi-août lorsqu’il a été décidé de rouvrir les plages et lieux de détente, ainsi que les mosquées pour les prières (excepté celles du vendredi et d’El Fadjr). Abdelamadjid Tebboune avait même évoqué la possibilité d’une «réouverture prochaine» des lieux de culte pour la prière du vendredi, lors de sa toute dernière rencontre avec des représentants de la presse nationale. Le chef de l’Etat avait précisé que cette décision était possible dans le cas où l’amélioration de la situation sanitaire se poursuivait. Ce qui est aujourd’hui le cas à travers les chiffres de contaminations rendus publics quotidiennement.
Après une première réouverture partielle des lieux de culte, il y a quelques semaines, c’est une réouverture totale des mosquées du pays qui est donc prévue au début du mois prochain. Elle interviendra parallèlement à celle des établissements d’enseignement moyen et secondaire, le 4 novembre, et moins d’une semaine après la tenue du référendum pour la révision constitutionnelle, qui aura lieu le 1er du même mois.
Autrement dit, novembre annonce un retour presque total à la vie normale en Algérie, après huit mois de confinement qui n’a pas suffi à avoir raison du virus contagieux. D’où l’obligation de redoubler de vigilance en respectant les mesures préventives. <