Dans le cadre de la stratégie visant à promouvoir le secteur culturel, l’APC d’Alger-Centre lance une programmation où elle invitera, chaque mois, un théâtre régional ou une coopérative afin de leur permettre de partager avec le public algérois leurs productions. Le comité artistique du théâtre communal a ainsi annoncé le projet de passer prochainement à la production de nouvelles œuvres et aussi d’ouvrir un cinéclub à la salle Alegria de la capitale.

Lors de la conférence de presse organisée, mardi, au théâtre communal d’Alger-Centre (ex-Casino), son comité artistique a déclaré que le premier invité, à savoir le Théâtre régional d’Oran Abdelkader-Alloula, présentera six spectacles variés durant six jours, du 1er au 6 décembre prochain. Mourad Senouci, Directeur du Théâtre régional d’Oran, a dans son intervention souligné : «Je considère ces journées comme une expérience bénéfique à travers laquelle je partage avec le public algérois notre expérience et nos nouvelles productions. L’année dernière, notre théâtre s’est lancé dans une nouvelle expérience, avec une nouvelle version et de nouvelles données surtout. Avec le manque de budget qui a atteint le secteur, nous avons décidé de trouver des solutions et d’arrêter de nous plaindre. Ces nouvelles solutions nous ont permis de produire sept nouvelles pièces en 2017». Il poursuit : «Nous nous sommes dit que le public se différencie par rapport à ce que nous proposons. La diversité du public nous a poussés à diversifier nos programmes.» Le programme de ces journées accueillera six spectacles, à savoir deux pièces pour enfants «Pinocchio» réalisée avec le marionnettiste Kada Bensmicha, et «Enahla» l’abeille réadaptée d’Abdelkader Alloula, ainsi qu’une pièce pour les jeunes «El Partiya». Trois pièces pour adultes seront aussi présentées, «El Ghelta», «El Fahla» et «El Harraz», et un autre spectacle improvisé par des étudiants. Un spectacle de chorégraphie signé Dada sera également au programme, en plus des débats, des conférences sur l’expérience du théâtre d’Oran, ou encore une journée d’étude sur le théâtre.
Création d’une ligue nationale du théâtre d’improvisation
Dans ce programme, le TRO présentera le théâtre d’improvisation, une nouveauté en Algérie, selon son directeur. «Notre projet est de créer une ligue nationale du théâtre d’improvisation, nous espérons ainsi créer une troupe avec la capitale. Ce dernier est unique en son genre, car il ne comporte aucune règle. Le public apprécie ce genre de spectacle. Sur ce projet, nous travaillons plus avec les étudiants, avec lesquels nous le présenterons à Alger», dira-t-il. En ce qui concerne le programme pour enfant, le Théâtre régional d’Oran proposera deux pièces, «Pinocchio» et «Enahla» (l’abeille). «La pièce Enahla incarne toute l’histoire du théâtre algérien, elle est la première pièce professionnelle destinée au jeune public et produite en Algérie dans les années 1970 par Abdelkader Alloula. Notre ami Houari Abdelkharak l’a adaptée en spectacle de marionnettes. Nous allons présenter son spectacle pour lui rendre hommage, car il passe par une situation très difficile», informe
M. Senouci. Il poursuivra : «Nous allons aussi proposer une chorégraphie de Khadidja Guemiri intitulée ‘’La Femme Objet’’, c’est notre première expérience dans ce domaine, mais c’est un spectacle réussi car il a été sélectionné l’année passée pour représenter l’Algérie au Festival international de la danse moderne». Dans un autre registre, M. Senouci affirmera que «produire sans diffuser ne sert à rien. Le spectacle est fait pour être vu par le public, nous sommes chanceux de rencontrer le public algérois et de rentrer en contact avec lui en partageant, non seulement, nos produits mais aussi les critiques, car c’est grâce à cela que nous allons avancer».
«Cette manifestation commence à porter écho, nous allons du 22 au 29 janvier prochain présenter le même programme à Constantine et en février à Guelma», ajoutera-t-il.
Passer à la production
De son côté, Sadek Bakhouche, écrivain et membre du comité artistique du théâtre d’Alger, annonce que «le théâtre d’Alger-Centre a décidé de mettre en place une stratégie pour le théâtre en mettant en œuvre une programmation et une consommation de pièces, chose qui est très importante. Le théâtre est un pôle qui œuvre sur le plan artistique à l’échelle nationale». «Nous avons, en outre, décidé de passer à la production, l’enfant a été délaissé par le secteur depuis des années, alors nous produisons pour le jeune public mais également pour les adultes. Nous avons ouvert les portes pour tous les écrivains de théâtre. Nous avons déjà reçu plusieurs propositions, que ce soit pour les enfants ou pour les grands. Nous allons choisir les meilleures et les produire. L’APC prendra en charge toutes ces nouvelles productions», explique-t-il.
Quant à H’mida Ayachi, écrivain et journaliste, il précise à ce sujet : «Nous voulons donner une chance aux théâtres régionaux et aussi aux coopératives de présenter leurs travaux devant le public algérois. Aujourd’hui, nous débuterons cette expérience avec Oran et ensuite nous poursuivrons avec les autres régions.»
Organiser également des cinéclubs
Le comédien Mustapha Laribi, qui est aussi membre de ce comité, a rappelé l’importance de promouvoir le théâtre qui joue un rôle important et pertinent sur la société. «Nous œuvrons à ce que le théâtre soit un espace ouvert à tous les artistes et à tous les créateurs dans le secteur, on œuvre pour l’ouverture d’esprit et culturelle de cet espace. Avec la commission, nous sommes en train de réfléchir à la faisabilité de recevoir chaque mois un nouveau théâtre, qu’il soit indépendant ou régional», précisera-t-il. Dans le même concept, Amine Zemame a confié que l’APC d’Alger se prépare à organiser prochainement des cinéclubs à la salle Algéria. «Nous vous donnerons plus de détails de cet événement, le temps venu», a-t-il indiqué.