Par : Nadir Kadi
Trois explosions liées au gaz, dont l’une vraisemblablement causée par un réservoir de GPL, ont été enregistrées durant les dernières 48 heures au niveau des wilayas de Sétif, Blida et El Meneaa. Les sinistres, qui ont causé, selon les derniers bilans établis hier, la mort d’une femme et d’un nourrisson, ont également entraîné des blessures, parfois «graves» à au moins une vingtaine de personnes selon les services de la Protection civile.
Ces accidents causés par le gaz interviennent, pour rappel, après une série de drames similaires enregistrés au cours des derniers mois, notamment à Bordj Bou-Arréridj, début avril, entraînant la mort de 10 membres d’une même famille.
Accidents dramatiques, dont les circonstances exactes restent encore à établir, la Protection civile a toutefois communiqué certains détails, notamment sur les explosions de Sétif et Blida. En effet, survenue hier matin «dans un foyer individuel du village Eddaafa», situé dans la commune de Babor (Sétif), le drame a coûté la vie à un «bébé de deux ans», et causé des blessures à «sa mère, 26 ans, et à sa sœur de 4 ans», toutes deux évacuées vers la polyclinique de la commune de Babor, selon le chargé de communication de la Protection civile, le capitaine Ahmed Laamamra, cité par l’APS. La même source explique également que les équipes d’intervention de la Protection civile des unités de Babor, d’Aïn El Kebira et de Sétif ont constaté que l’explosion, probablement due à «une fuite de gaz dans les conduites du réseau de distribution intérieur de ce foyer», a «provoqué la démolition totale du bâti, construit sur une superficie de 150 m2».
Quant à l’explosion «liée au gaz» enregistrée hier au niveau d’un immeuble de Boufarik (Blida), un communiqué du chef de service prévention et documentation de la Protection civile, le capitaine Mohamed Neche, précisait hier, que l’explosion «due à une fuite de gaz s’est produite vers 06H dans un appartement situé au 1er étage d’un immeuble de cinq étages, à la cité des Vergers». Le bilan donné hier à la mi-journée faisait état de «7 personnes brûlées, dont trois cas graves», en situation jugée «très critique». Les victimes, dont certaines brûlées au troisième degré, ont été évacuées vers l’hôpital de Boufarik et une enquête serait également ouverte.

Explosion d’un réservoir GPL et dégâts
Par ailleurs, une troisième explosion de gaz, vraisemblablement due cette fois à un réservoir de GPL, avait également été enregistrée lundi en fin de journée dans la wilaya d’El Menéa et plus précisément à la ville d’El Menea, au niveau du quartier dit «Hofrat El Abbes». Le drame, qui a couté la vie à une femme ensevelie, selon l’APS, sous les décombres de sa maison près du lieu de la déflagration, a également enregistré «neuf personnes blessées», dont «trois souffrant de graves brûlures» ayant nécessité leur évacuation par les services de la Protection civile vers l’hôpital spécialisé des brûlés à Douera (Alger), a indiqué à la même source, le Commandant Nasreddine Kaddaoui. Par ailleurs, les autres les blessés, dont quatre, ont pu regagner hier leurs domiciles, avaient été transférés vers le service des urgences de l’hôpital Mohamed-Chaabani d’El Menea.
Quant aux dégâts matériels causés par l’explosion, il est fait état d’une «dizaine de maisons endommagées» dans un rayon de 200 mètres du lieu du drame ; le souffle a par ailleurs détruit et incendié des véhicules en stationnement à proximité avant que les éléments de la Protection civile maîtrisent le sinistre. une enquête est en cours pour déterminer les circonstances exactes de l’explosion.
Les accidents liés au gaz font périodiquement la une de l’actualité. Il est en ce sens à rappeler que la ville de Bordj Bou-Arréridj avait enregistré la mort de toute une famille en avril dernier suite à une explosion de gaz et l’effondrement d’une habitation. La commune d’Aïn Oulmène (Sétif) avait par ailleurs enregistré en février l’explosion dans «deux garages», suivie de l’incendie d’un entrepôt de produits inflammables, entraînant la mort de 8 personnes. <