Le président du Haut conseil d’Etat en Libye, Khaled al-Machri, a plaidé, samedi, pour l’organisation d’un référendum sur la nouvelle constitution avant les élections, soutenant qu’«une nouvelle Constitution résoudra de nombreux problèmes», rapportent des médias libyens. Recevant l’envoyé onusien en Libye, Jan Kubis, M. al Machri a affirmé que «l’organisation d’un référendum sur la nouvelle Constitution avant les élections du 24 décembre prochain est la meilleure option en ce sens qu’elle résoudra de nombreux problèmes dont la réouverture de la route côtière qui tarde à voir le jour». Khaled al-Machri affirme, à ce titre, qu’«il est tout à fait possible d’organiser dans peu de temps un référendum sur la nouvelle Constitution». Abordant, par ailleurs, la réouverture de la route côtière, M. al-Machri a souligné que «la persistance de la présence des mercenaires et forces étrangères en Libye est le principal obstacle empêchant sa réouverture». De son côté, l’envoyé spécial de l’ONU en Libye, M. Kubis a informé le président du Haut conseil d’Etat des conclusions de la réunion informelle du Conseil de sécurité sur la Libye tenue récemment.