Les opérateurs économiques activant dans le domaine de l’importation de matières premières, produits et marchandises destinés à la revente en l’état sont tenus de parachever les formalités de domiciliation bancaire avant toute opération d’importation, a indiqué le ministère du Commerce dans un communiqué.

PAR INES DALI
Il a mis en garde que «toute opération d’importation qui s’effectue sans l’attestation de domiciliation bancaire se verra refuser l’entrée sur le territoire national».
Le formulaire pour l’obtention de la domiciliation bancaire, désormais condition sin qua non pour les importations susmentionnées, peut être retiré en accédant à la plateforme numérique dédiée à cet effet via le site électronique du ministère du Commerce, est-il précisé dans le communiqué rendu public mardi. Cette nouvelle mesure intervient un mois après la note adressée aux banques par le département du Commerce via l’Association des banques et établissements financiers (Abef).
Dans ladite note du 24 avril dernier, le ministère a exigé des importateurs de présenter un document délivré par l’Agence algérienne de promotion du commerce extérieur (Algex) pour domicilier leurs opérations au niveau des banques. Les opérateurs activant dans le domaine de l’importation étaient informés, également, qu’ils devaient consulter la plateforme mise en place par le ministère du Commerce pour vérifier si les produits qu’ils comptaient importer étaient disponibles ou non en Algérie.
Quelques jours plus tard, des opérateurs économiques ont demandé «l’exclusion de certains produits de la liste» établie par le ministère du Commerce, ont rapporté des médias sans citer les opérateurs en question, mais indiquant que la doléance de ces derniers est «expliquée par l’indisponibilité en quantité suffisante de certains produits et matière première indispensable dans l’industrie pharmaceutique en particulier». Ce à quoi le ministère du Commerce a répondu par une fin de non-recevoir dans un courrier transmis à l’Abef qui les en a informés. Le ministère du Commerce a «ordonné le respect des dernières mesures prises dans ce sens et de maintenir l’exigence d’un document délivré par l’Algex pour toute opération de domiciliation bancaire conformément à la réglementation en cours».
Toutefois, une lenteur ayant engendré certaines perturbations est signalée dans ce processus. Jusqu’à samedi dernier au moins, l’Algex n’avait pas encore commencé à délivrer le document dont elle avait la charge, selon la commission nationale du commerce extérieur, qui a mis en garde contre une pénurie de 10 matières premières utilisées dans les domaines de la santé, de l’agriculture, du sport et de l’industrie notamment.
Dans le secteur de la santé, il est fait état de «plus de 5000 dossiers» déposés auprès de l’Algex et qui sont dans l’attente de ce fameux document. Ce qui risque de perturber fortement les programmes d’approvisionnement. Le cumul des retards dans la réception des médicaments conduirait, alors, inévitablement vers des pénuries dont le secteur de la santé se passerait bien après les nombreux efforts qui ont été déployés pour rendre disponibles bon nombre de médicaments indispensables, comme ceux utilisés en oncologie et bien d’autres. <