Synthèse par Sihem Bounabi
Un nouvel appel a été lancé au Président de la République Abdelmadjid Tebboune pour l’ouverture des frontières, notamment aérienne, dans une lettre ouverte cosignée par plus d’une douzaine d’associations et de collectifs représentant la diaspora algérienne et les Algériens bloqués à l’étranger. Cet appel intervient après l’apparition du variant indien, qui a suscité beaucoup d’interrogations sur le fait qu’un ressortissant indien a eu l’autorisation de voyager en Algérie alors que les frontières sont censées être fermées et les vols de rapatriement des Algériens bloqués à l’étranger suspendus. Dans cette lettre ouverte adressée au chef de l’Etat, un appel est ainsi lancé pour lui demander d’accélérer l’ouverture des frontières aux Algériens bloqués à l’étranger depuis plus d’un an en raison de la pandémie de la Covid-19. Dans cet appel, les signataires critiquent également que « les autorités autorisent les étrangers à entrer dans le pays, alors que cela est interdit aux Algériens ».
Tout en exprimant leur compréhension du contexte épidémiologique, les collectifs et associations de la communauté algérienne affirment qu’ils sont prêts à proposer « des alternatives et des solutions pour ouvrir les frontières à ceux qui sont bloqués dans la diaspora pour entrer en Algérie de manière à protéger le pays de l’épidémie et leur garantir le droit de retourner dans leur patrie ». Dans la même lettre, ils affirment également respecter les règles sanitaires (tests, isolement…) imposées par le protocole qui permettront « les voyages en toute sécurité et qui seront acceptées de bon cœur par tous ». Les représentants de la diaspora algérienne souligne également la nécessité de supprimer l’obligation de l’autorisation exceptionnelle pour entrer en Algérie, et qui, selon eux, est devenue «un visa pour entrer dans son propre pays, c’est inacceptable ». Pour rappel, dans de précédents appels, des hommes politiques, à l’instar du sénateur Abdelouahab Benzaïm et le député de la communauté nationale établie à l’étranger, Noureddine Belmeddah, avaient adressé une lettre commune au président Abdelmadjid Tebboune, où il dénonçait une situation « jamais vécue depuis l’Indépendance » et réclamer l’ouverture des frontière et la suppression des autorisations d’entrée aux Algériens.
Il est à noter que des dizaines de groupes et de collectifs d’Algériens bloqués à l’étranger ont fleuri sur la toile et réseaux sociaux pour lancer des appels de détresse quant à une situation dramatique qui n’a que trop duré malgré les drames que cela engendre. Chaque jour des Algériens publient des vidéos et des témoignages pour exprimer la situation tragique dans laquelle ils se retrouvent.