Le Secrétaire général du Haut-commissariat à l’amazighité (HCA) était en visite à Batna pour le lancement des festivités nationales officielles du Nouvel An amazigh Yennayer (Yennar dans les Aurès) qui aura lieu le 9 janvier prochain dans les communes de Bouzina et Menaâ.

De Batna Rachid Hamatou
Lors de sa visite de deux jours, les 2 et 3 décembre 2020, dans la wilaya de Batna, le Secrétaire général du Haut-commissariat à l’amazighité, Si El Hachemi Assad, s’est entretenu avec le wali de Batna Toufik Mezhoud au sujet des préparatifs de la célébration du Nouvel An amazigh 2971 et du programme des festivités qui s’étalera sur cinq jour, du 9 au 13 décembre 2020.
M. Assad s’est entretenu également avec le recteur de l’université de Batna M. Dhif, pour faire un tour d’horizon sur le département de langue et culture amazigh, qui a ouvert ses portes aux étudiants il y a six ans. Il a également rencontré les directeurs de l’éducation et de la culture pour aborder tour à tour les obstacles, les entraves, mais aussi la prise de conscience de la nécessité pour les citoyens de la région à promouvoir leur langue maternelle. Il a été également question de l’attribution cette année du Prix du Président de la République pour la littérature et la langue amazigh.
Le point de presse avec les journalistes locaux, où étaient présents aussi bien le wali de Batna que le Secrétaire général du HCA, a permis aussi bien aux journalistes qu’aux responsables de soulever des points cruciaux quant à l’enseignement de tamazight dans les Aurès, la protection du patrimoine matériel et immatériel, l’édition et la traduction en tamazight de et vers la langue maternelle, l’encouragement à l’écriture et à l’édition mais aussi l’accompagnement que propose le HCA sur différents supports et moyens audiovisuels. Le premier responsable du HCA a insisté, lors de son intervention, mais aussi dans ses réponses, sur la prise de l’initiative par les différents partenaires de l’institution dont il est responsable pour un travail d’accompagnement et de collaboration.
La dernière journée du périple du premier responsable du HCA était consacrée à une visite aux communes Bouzina et Menna, où il était accompagné par le Directeur de la culture M. Kabour, pour une prise de contact directe avec les acteurs du mouvement culturel associatif mais aussi les responsables locaux, pour la préparation de Yennar et son encadrement. Si les deux communes ont eu déjà à célébrer Yennar, les citoyens de Menaa, qui semblent être un peu plus rodés à ce genre de manifestation, la fête pérenne de Thafsouth, et n’ont jamais manqué le rendez-vous, donnent des arguments aux jeunes de la commune, venus nombreux à la rencontre qui a eu lieu à l’Assemblé populaire de la commune. La présence du Directeur de la culture était une occasion pour aborder les différents aspects de l’événement dont il est partenaire, mais aussi et surtout, d’invoquer la préservation et le classement de la dechra (haqliath) de Menâa menacée aussi bien par le temps que par le l’homme et le béton.
Si l’on juge des décisions qui seront prises par le responsable de la culture et après information de sa tutelle, le ministère de la Culture, une priorité sera donnée à cette urgence comme l’a signalé M. Kalla, parlant au nom du mouvement associatif dont beaucoup étaient présents à la rencontre, « agir et le plus vite pour sauver ce patrimoine millénaire ».

Préparatifs pour la plateforme numérique des langues africaines

Le Secrétaire général du Haut-commissariat à l’amazighité (HCA) et membre de la Commission des langues transfrontalières de l’Académie africaine des langues (Acalan), Si El Hachemi Assad, a pris part jeudi à une réunion consacrée aux préparatifs pour le lancement de la plateforme numérique des langues africaines, indique vendredi un communiqué du HCA. Organisée par l’Acalan, la réunion, tenue en visioconférence, a permis d’aborder « la méthodologie et les approches ayant trait aux contenus numériques relatifs aux langues », selon la même source. Les critères de sélection des membres devant piloter le projet ont été également définis lors de cette réunion. Ont pris part à cette réunion, les membres de l’Acalan et des experts de plusieurs pays africains, ajoute-t-on de même source.