Le 31 décembre prochain sera la deadline du contrat qui lie actuellement la Fédération algérienne de football (FAF) et Djamel Belmadi, sélectionneur national. Et on croit savoir qu’il ne reste qu’à parapher le nouvel avenant entre les deux parties. Naturellement, ayant connu deux échecs cuisants et sachant qu’il n’y a pas d’échéances importantes avant une année avec la CAN-2023, les revenus du coach d’El-Khadra devraient baisser. L’éventualité de bénéficier d’une augmentation selon des clauses de performances a été négociée. Mais, le salaire va, contrairement à ce que certains médias ont infirmé, bel et bien connaître une courbe dégressive. Explications.

Par Mohamed Touileb
La tendance a été donnée en septembre dernier. Djamel Belmadi révélait qu’il signait « prochainement un avenant qui me permet de prolonger mon contrat, même si j’ai toujours considéré que ma relation avec la sélection de mon pays est plutôt un contrat moral ».

Il prendra effet dès janvier
Pour ce qui est de l’aspect contractuel, il faut savoir que, dans un premier temps, son bail courait jusqu’à décembre 2022 soit après la Coupe du Monde 2022. Mais il y avait une condition. A savoir la qualification au Mondial que les « Verts » ont malheureusement ratée. Dès lors, il était envisageable que le successeur de Rabah Madjer rende le tablier. Néanmoins, au mois d’avril dernier, Belmadi annonçait qu’il restait sur le banc des Fennecs. Comme argument, il disait s’être fié à l’envie populaire qui voulait qu’il reste au poste. « J’ai décidé de continuer ma mission à la tête de la sélection algérienne. Nous allons essayer de donner un nouveau souffle à ce groupe qui mérite d’être soutenu et bien sûr recréer une autre dynamique de travail en prévision des prochaines échéances. J’ai soumis à mes responsables l’opportunité de mettre fin à mon contrat, mais cette proposition n’a pas été acceptée », précisait le technicien de 46 ans.

Coup de pression du MJS
Et en octobre écoulé, Djahid Zefizef, président de la Fédération algérienne de football FAF, avait confirmé que « Belmadi sera avec nous jusqu’à la Coupe du monde 2026. Du moment qu’il avait décidé de rester à son poste, le problème de sa prolongation de contrat ne se posait pas ».
Toutefois, l’avenant qui lie les deux parties aurait connu des modifications. Elle concerne le volet financier. On croit savoir que les émoluments de l’entraîneur vainqueur de la CAN-2019 sont passés de 200.000 euros pour lui et tout son staff à 130.000 euros.
Selon des sources fiables, c’est le ministère de la Jeunesse et des Sports (MJS) qui a insisté pour que la mensualité de l’entraîneur soit revue à la baisse. Notamment quand on sait que Belmadi jouit parallèlement d’un contrat sponsoring assez juteux avec l’opérateur téléphonique « Mobilis ». Aussi, il faut savoir que la FAF traverse une crise financière assez sérieuse. Toutefois, on soulignera que malgré cette baisse salariale, Belmadi restera le sélectionneur le mieux payé du continent.
M.T.