L’Algérie ayant atteint le stade 3 de la propagation du nouveau coronavirus, une application très stricte des mesures de prévention s’impose à tout un chacun dans sa vie quotidienne en ce temps inédit causé par la pandémie. Même si le bilan rendu public hier par le ministère de la Santé ne fait état d’aucun nouveau décès, il n’en demeure pas moins que le nombre de cas confirmé a augmenté. Ce qui appelle à plus de vigilance.

L’Algérie a enregistré, ces dernières 24 heures, 29 nouveaux cas confirmés au coronavirus, portant le nombre total à 230, dont 125 à Blida (54% du nombre total), a annoncé le porte-parole du comité scientifique de suivi de l’évolution de la pandémie, Djamel Fourar. Il a précisé que «90% des cas sont des personnes venues d’Europe. 45% des cas confirmés ont un âge variant entre 25 à 49 ans, et 30% sont des personnes âgées de 60 ans et plus. 322 cas suspects se trouvent dans des hôpitaux en attendant les résultats de leurs analyses».
Pour ce qui est du nombre de décès, M. Fourar a indiqué que «le nombre demeure inchangé, soit 17 décès, dont 8 enregistrés à Blida, soit 47% du nombre total». La moyenne d’âge des personnes décédées, toutes atteintes de maladies chroniques, est de 67 ans.
Quant aux personnes guéries, elles sont au nombre de 23 et ont regagné leurs domiciles. Pour ce qui est des wilayas touchées par le coronavirus, on compte Blida, Alger, Tizi Ouzou, Skikda, Annaba, Bordj Bou Arreridj, Médéa, Mascara, El Oued, Souk Ahras, Adrar, Bouira, Béjaïa, Boumerdès, Sétif, Tissemsilt, Khenchela, Relizane, Annaba et Oran.
Face à l’obligation de stopper la propagation de la pandémie ou, du moins, la contenir, le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Abderrahmane
Benbouzid, a dévoilé une série de mesures dont le «renforcement du contrôle sanitaire au niveau des centres frontaliers terrestres, aériens et maritimes, ainsi que la localisation des endroits suspectés d’être un foyer pour cette pandémie aux fins de leur fermeture». Plus de 270 médecins, paramédicaux et psychologues ont été mobilisés pour accompagner les sujets
en quarantaine, a-t-il ajouté, indiquant qu’il s’agit aussi du «renforcement du diagnostic à travers la mise en service de deux laboratoires annexes régionaux, l’un à Constantine (la semaine en cours) et l’autre à Oran» opérationnel depuis hier.
M. Benbouzid, qui s’est exprimé lors d’une conférence de presse, avant-hier en fin d’après-midi, a expliqué que l’ensemble de ces mesures sont mises en applications suite aux orientations du président de la République et en coordination avec d’autres secteurs. Il a, par ailleurs, fortement fustigé certains comportements dont les acteurs ne font preuve ni de civisme ni de solidarité citoyenne en ces temps exceptionnels et inédits que vit non seulement l’Algérie, mais la planète entière. Il a annoncé, dans ce cadre, une sérieuse collaboration avec les autres départements ministériels pour «lutter contre les spéculateurs ayant investi dans la panique des citoyens en stockant les moyens de protection comme les masques et les désinfectants dans le but de provoquer une pénurie et d’augmenter, ainsi, les prix». Il a assuré que tous les dispositifs nécessaires seront mobilisés dans l’ensemble des établissements de santé, comme il a encouragé les professionnels du secteur à déployer «davantage d’efforts pour surmonter cette crise» en les a rassuré qu’ils auront suffisamment de moyen de protection. Il a également annoncé la réception, au cours de cette semaine, d’un nombre de caméras thermiques supplémentaires outre la récupération de toutes les caméras thermiques des aéroports d’Alger, Oran et Constantine, étant donné que les vols sont suspendus.

100 millions de dollars supplémentaires
Dans le cadre de la lutte contre la propagation de covid-19, le Président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a ordonné la consécration d’un montant de 100 millions de dollars pour accélérer l’importation de tous les produits pharmaceutiques en quantité suffisante, voire davantage d’équipements de protection et d’appareils d’analyses chimiques (test), avec la mise à contribution de nos missions diplomatiques dans la recherche de leurs exportateurs à travers le monde.
Il a appelé, lors de la réunion périodique du Conseil des ministres dimanche, à «accorder la priorité absolue, dans leur distribution, aux corps médical et paramédical et aux auxiliaires de santé qui sont, au quotidien, en contact direct avec les cas contaminés». Ce montant s’ajoutera à ceux promis à cet effet par le Fonds monétaire international (100 millions de dollars) et la Banque internationale pour la reconstruction et le développement (32 millions de dollars). Il a également enjoint à toutes les institutions de l’Etat et à leurs services d’«augmenter le niveau de vigilance et d’alerte au maximum et de veiller à coordonner leurs actions en permanence afin que les citoyens soient rassurés».
Sur un autre registre, le ministère de la Communication a appelé l’ensemble des médias nationaux à diffuser les informations émanant uniquement du ministère de la Santé et du comité scientifique, récemment installé, relatives à l’évolution du coronavirus et à la situation sanitaire générale et à éviter l’alarmisme qui attente à l’opinion publique et ce en application des instructions du Président de la République. «En cette circonstance exceptionnelle que traverse le pays et le monde entier, le ministère appelle tous les médias nationaux (presse écrite et audiovisuelle) à diffuser les informations émanant du ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, et du comité scientifique dont le Pr Djamel Fourar est porte-parole officiel, relatives à l’évolution de la pandémie du coronavirus et à la situation sanitaire générale y afférente», a précisé le ministère dans un communiqué rendu public hier.

Dépistage : le laboratoire d’Es-Seddikia à Oran opérationnel
Le laboratoire pour le dépistage du covid-19 relevant de l’Institut Pasteur d’Es-Seddikia (Oran) est opérationnel depuis hier. Les prélèvements des cas suspectés d’être porteurs du coronavirus étaient jusque-là envoyés à l’Institut Pasteur d’Alger. Le laboratoire d’Es-Seddikia permettra de prendre en charge toute la région Ouest. Les équipements ont été réceptionnés en quelques jours et le personnel a été formé pour effectuer les analyses localement. Ce qui permettra un gain de temps important et réduira la pression exercée sur l’Institut Pasteur d’Alger.<