L’Algérie a enregistré 90 nouveaux cas confirmés de coronavirus (Covid-19), 10 nouveaux décès et 17 nouvelles guérisons en 24 heures, portant le nombre total des cas confirmés à 2.160, celui des décès à 336 et celui des guérisons à 708, a indiqué, hier, le porte-parole du Comité scientifique de suivi de l’évolution de la pandémie du Coronavirus, Djamel Fourar, lors du point de presse quotidien consacré à l’évolution de la pandémie.


Les nouveaux décès ont été enregistrés à travers 6 wilayas, à savoir Alger (4 cas), Blida (2), et Sidi Bel Abbès, Jijel, Constantine et Oran avec un cas dans chacune d’elles, a fait savoir le même responsable. Pour l’ensemble des cas confirmés (2.160), il a fait savoir qu’ils ont été recensés à travers 47 wilayas, dont «56% à Blida et Alger», précisant que «la moyenne d’âge des personnes affectées est de 53 ans», tandis que «42% ont 60 ans et plus».
Concernant la globalité des décès (336), le porte-parole du Comité scientifique a indiqué qu’ils ont été enregistrés à travers 38 wilayas, dont «52% à Alger et Blida», avec une «moyenne d’âge de 64 ans». Il y a, toutefois, des wilayas qui n’ont enregistré aucun cas de coronavirus durant les dernière 24 heures, selon le même responsable qui a annoncé qu’elles sont au nombre de 26, au moment où d’autres, à savoir 15 wilayas, ont enregistré «entre un et trois cas de Covid-19.
Le Pr Fourar a terminé le point de presse en rappelant le numéro vert (3030) qui reste à la disposition des citoyens pour répondre à leurs préoccupations. De même qu’il a réitéré l’impératif de respecter les recommandations des spécialistes de la santé sur les règles d’hygiène personnelle et environnementale, ainsi que le strict respect du confinement.
Tous les moyens mobilisés
Le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, Amar Belhimer, a réaffirmé l’attachement de l’Etat algérien à protéger la santé publique à travers «la mobilisation de tous les moyens matériels et humains contre la pandémie du Covid-19». Il a déclaré, en marge du point de presse consacré à la présentation du bilan de pandémie, que depuis l’installation du Comité scientifique, cinq points essentiels ont été relevés dans la guerre contre cette pandémie. Il a cité «la mobilisation par l’Etat de tous les moyens humains et matériels nécessaires, ce qui dénote son attachement à la protection de la santé publique et des citoyens contre cette pandémie depuis janvier», «le rôle pivot de l’Armée nationale populaire (ANP) dans l’acheminement, en peu de temps, des matériels et équipements de lutte Covid-19», ainsi que «l’élévation du niveau de sensibilisation auprès de la société et le respect des mesures préventives».
Le ministre s’est, par ailleurs, félicité de «la contribution des médias dans la valorisation du rôle des personnels de la santé, de la Protection civile et des corps de sécurité, loin des fake news qui ont pollué les réseaux sociaux». Le porte-parole du gouvernement a exprimé, à cette occasion, «la grande reconnaissance» de l’Algérie à la Chine» en citant «le caractère prioritaire accordée par cette dernière en matière de remise des matériels et équipements de lutte contre ce virus, en dépit des pressions que connaît la scène internationale».

Un autre don chinois de matériel médical parvenu à l’Algérie
Dans ce cadre, il y a lieu de relever que l’Algérie vient de recevoir un autre don du gouvernement chinois dans le cadre de la lutte contre le coronavirus. Ce don est arrivé hier. Il est composé de réactifs de diagnostic, de masques de type FFP2 pour les professionnels de santé et de combinaisons de protection, a fait savoir le ministre délégué chargé de l’Industrie pharmaceutique, Lotfi Djamel Benbahmed. Il a ajouté que l’Algérie recevra, dans les prochains jours, d’autres lots de matériels de lutte contre le Covid-19, commentant que «cette aide s’inscrit dans le cadre des échanges des relations historiques et d’amitié entre les deux pays». D’autres vols sont programmés, dans les jours à venir, pour ramener des aides «beaucoup plus importantes» émanant des entreprises chinoises, selon le même responsable.

«La non-déclaration d’un cas de Covid-19 est proscrite»

Sur un autre registre, celui de la non-déclaration d’un cas de Covid-19, la commission de la fetwa, relevant du ministère des Affaires religieuses et des Wakfs, a, dans un communiqué sanctionnant la réunion de ses membres, considéré «proscrit religieusement, tant pour la personne concernée elle-même que pour ses proches et connaissances, la non-déclaration d’un cas de maladie contagieuse, comme le Covid-19», soulignant «l’impératif d’en informer les autorités compétentes et de se soumettre au confinement sanitaire et au traitement».
Concernant le mois de Ramadhan, la Commission a expliqué que la situation exceptionnelle induite par la pandémie Covid-19 «ne permettrait pas cette année l’organisation des tables de l’Iftar», appelant cependant au maintien des actions caritatives en les adaptant à la conjoncture, à travers l’aide aux familles en nature ou en fonds et préconisant «l’adhésion à l’effort national» engagé dans ce sens.<