Dans un communiqué rendu public hier, dimanche, le groupe Tahkout explique que le non-versement à ses employés des salaires du mois de juillet dernier était dû à la décision de la justice de bloquer ses comptes bancaires.
La direction précise que le groupe ne souffrait pas de difficultés financières. Une « sécurité » qui lui avait permis de prendre « toutes les dispositions nécessaires » pour assurer le versement des salaires de juillet mais la décision judiciaire a bloqué ses comptes. Dans le même communiqué, l’auteur du texte rappelle « qu’il ne bénéficie pas de crédits bancaires dans le cadre de l’investissement ».
Pour rappel, les comptes bancaires avaient été bloqués après la mise en détention préventive de Mahieddine Tahkout, de deux de ses frères et l’un de ses fils, suspectés d’être impliqués dans plusieurs affaires liées à l’obtention d’indus privilèges.
Cette sortie médiatique du groupe
Tahkout survient quelques jours après l’accord donné par le gouvernement pour la désignation d’administrateurs pour assurer la gestion des entreprises privées, objet de mesures conservatoires. Une décision dont l’objectif principal est la mise en place de mesures de sauvegarde de l’outil de production et des emplois. La situation des employés du groupe Tahkout va sans aucun doute accélérer la procédure de désignation des administrateurs.
R. E.