Au moins 70 personnes ont été tuées dans le bombardement « par erreur » mardi par un avion nigérian d’un camp de déplacés du nord-est du Nigeria, a déclaré hier le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) dans un nouveau bilan. « On estime que 70 personnes ont été tuées et plus de cent blessées », dont six volontaires de la Croix-Rouge locale, a affirmé le CICR dans un communiqué, affirmant que ce bilan pouvait encore évoluer. Un précédent bilan faisait état d’au moins 52 morts et plus de 200 blessés. « Nous avons reçu des informations faisant état de regroupements de terroristes de Boko Haram quelque part dans la région de Kala-Balge », avait expliqué le major général Lucky Irabor.