Des braqueurs ont attaqué deux banques et un commissariat de police, tuant quinze personnes dont neuf policiers à Offa, dans le centre du Nigeria, a-t-on appris vendredi auprès de la police. Jeudi en fin d’après-midi

, «un gang de braqueurs a envahi le quartier général de la police et des banques à Offa», a déclaré à l’AFP Ajayi Okasanmi, porte-parole de la police dans l’Etat de Kwara. «Nous avons perdu neuf policiers et six civils. Nous avons des blessés qui sont actuellement soignés à l’hôpital», a-t-il affirmé, précisant qu’il s’agissait d’«opérations simultanées». Il a ajouté que les policiers avaient été attaqués par surprise, sans toutefois détailler dans quelles circonstances précises les victimes avaient été tuées. «Cela aurait été pire si la police avait riposté avec force, mais nous aurions mis en danger la vie des civils» présents sur les lieux des attaques, a ajouté le porte-parole. Le commissariat et les banques visés par les assaillants armés sont situés dans le quartier commerçant d’Offa, une localité d’environ 100.000 habitants dans l’Etat de Kwara. Les autorités de Kwara ont ordonné l’ouverture d’une «enquête minutieuse» afin de permettre l’arrestation des braqueurs. «C’est purement un acte criminel, nous ne l’attribuons à aucun groupe en particulier», a-t-il dit. La police n’a toutefois pas pu indiquer dans l’immédiat quels montants ont été dérobés dans les banques attaquées. Selon un témoin joint par l’AFP qui a souhaité garder l’anonymat, les braqueurs, lourdement armés, sont arrivés à une quinzaine et se sont divisés en deux groupes, l’un attaquant les banques et l’autre le commissariat, «où ils ont ouvert le feu de manière aveugle, tuant plusieurs policiers». Dans les banques, ils «tiraient sur les gens qu’ils croisaient à l’intérieur, dont beaucoup dans la tête», a-t-il raconté. «Ils ont emporté l’argent des banques dans des sacs avant de fuir sur des moto-taxi arrachées à leurs conducteurs». Braquages et enlèvements contre rançons sont très fréquents au Nigeria, géant de 180 millions d’habitants par ailleurs touché par plusieurs conflits armés, notamment l’insurrection djihadiste de Boko Haram dans le nord-est. L’administration du président Muhammadu Buhari, élu en 2015, a déployé ces derniers mois l’armée dans de nombreux Etats à travers le pays pour endiguer les violences et pallier l’absence de réactivité des forces de police et d’un système judiciaire efficace. Vendredi, l’armée a affirmé dans un communiqué avoir mené plusieurs opérations pour «neutraliser des bandits armés et récupérer des armes» dans le nord du pays. Ces informations n’ont pas pu être confirmées de source indépendante. Des soldats en patrouille ont ainsi tué «21 bandits» dans la localité de Tunga Daji (Etat de Zamfara) mercredi, récupérant plusieurs fusils d’assaut de type kalachnikov, selon un porte-parole militaire, Texas Chukwu. De même, l’armée déployée à Bena (Etat de Kebbi) a mené une opération «coup de poing» contre un campement cette semaine, tuant l’un d’entre eux. Les soldats sont toujours à la recherche de «nombreux bandits» en fuite dans la zone, a affirmé M. Chukwu.