Six ans après son dernier passage, le Heat va retrouver les finales. Bam Adebayo (32 pts), Jimmy Butler et ses coéquipiers ont éliminé les Celtics cette nuit en l’emportant 125 à 113. Ils défieront les Lakers de LeBron James pour le titre.
Six ans après, le Heat est de retour en finales. Sauf que cette fois-ci, LeBron James joue pour l’équipe d’en face. Miami défiera Los Angeles pour le titre après avoir éliminé Boston cette nuit en l’emportant une quatrième fois en six manches (125-113). Une partie serrée, comme les rencontres précédentes sur cet ultime duel à l’Est. Avec un coup de chaud des joueurs floridiens dans les dernières minutes pour creuser un dernier écart. Celui qui est finalement venu éliminer leurs adversaires.
Le Heat avait pris le meilleur départ, avec notamment un passage à 5 sur 5 à trois-points dans le premier quart. Six points d’avance après douze minutes mais plus que deux à la pause. Toujours le même léger avantage à l’entame du dernier quart temps, les Celtics ayant bien réagi après avoir compté huit points de retard au cours du troisième quart après être revenu sur la fin de la période grâce à Jaylen Brown (26 pts, 8 rbds). Lancés, ils ont attaqué le money time en boulet de canon, en inscrivant 10 des 12 premiers points. Pour se retrouver devant, 90-96.
King James sera adversaire
Mais Miami n’a pas tremblé très longtemps. Encore une fois décisif, le rookie Tyler Herro a marqué 5 des 6 points consécutifs de son équipe pour égaliser. Boston a repris deux fois le contrôle. Sans prendre le large. Avec deux fois la même réponse : un dunk de Bam Adebayo. Le pivot All-Star du Heat a fait un match de mammouth. 32 points, 14 rebonds et 5 passes à 10 sur 11 aux tirs. Une performance XXL lors de la rencontre la plus importante de la saison. Les hommes d’Erik Spoelstra ont déroulé sur la fin, avec 35 des 52 points inscrits. Dont plusieurs paniers importants de Jimmy Butler (22 pts) et Herro (19). Andre Iguodala a ajouté 15 points en sortie de banc à 4 sur 4 derrière l’arc. Victoire du Heat. Méritée. « C’était une super série, très compétitive. Sur de nombreux points, ce fut comme une série en sept manches. Une série très bien coachée. Nous sommes honorés d’avoir pu jouer ce type de duels », saluait Erik Spoelstra, de manière à rendre hommage aux adversaires vaincus. Ce sera donc une finale Lakers-Heat. L’affrontement dont rêvait la NBA en 2011 quand l’équipe de Los Angeles, championne en titre et drivée par Kobe Bryant, faisait figure de favorite tout comme le Miami de LeBron James. Mais le King n’est plus à South Beach. Et c’est une mission encore plus délicate qui attend désormais Butler et ses coéquipiers.