L’ONU célébrera demain lundi son 75e anniversaire en affirmant que «le multilatéralisme n’est pas une option mais une nécessité», en prélude à sa semaine annuelle de discours de dirigeants, virtuels cette année pour cause de pandémie meurtrière et de quatorzaine imposée à New York aux visiteurs étrangers.

Par Philippe RATER
Pas de quartier bouclé à Manhattan, pas de convois officiels sans fin, pas de fourmilière dans le vaste complexe onusien… Pour chaque Etat, un seul représentant diplomatique vivant sur le sol américain est autorisé à assister aux allocutions, voire prononcer celle de son pays à la tribune de l’Assemblée générale. «Pour être efficace, la diplomatie requiert des contacts personnels et je suis vraiment désolé de ne pas avoir l’opportunité de rassembler les dirigeants des pays» cette année, a dit mercredi le chef de l’ONU, Antonio Guterres. Mais il y aura en marge «plusieurs sommets virtuels» (climat, Covid-19, biodiversité, Libye, Liban…), a-t-il ajouté, notant que jamais autant de chefs d’Etat et de gouvernement ne prendront la parole – via une vidéo enregistrée à l’avance -, entre «160 et 170» sur les 193 membres de l’ONU. Alors qu’ils laissaient parler souvent dans le passé leur chef de la diplomatie, le Russe Vladimir Poutine et le Chinois Xi Jinping interviendront mardi après l’Américain Donald Trump. En revanche, pas de vidéo de chef d’Etat au programme pour la Corée du Nord ou la Syrie mais une du président du Venezuela (mercredi) dont la légitimité n’est plus reconnue dans une grande partie du monde. Longuement négociée en particulier avec des Américains réfractaires, les dirigeants des 193 pays membres de l’ONU entérineront lundi une déclaration adoptée en juillet plaidant contre l’unilatéralisme et pleine de bonnes intentions. Depuis le début de l’année, face à la pandémie meurtrière de Covid-19, les pays ont agi principalement de manière individuelle, avec confinements et autres fermetures de frontières sans réelle concertation ou coopération.
Rendez-vous manqué
«Les grandes puissances ont manqué ce rendez-vous, provoquant l’échec, même la déconfiture, du Conseil de sécurité», estime Bertrand Badie, professeur à l’Institut d’études politiques de Paris (IEP). Elles ont eu une «vision très conservatrice de la sécurité, considérant que l’humanité est uniquement menacée par les rivalités interétatiques» et c’est un «très mauvais signal pour l’avenir», souligne-t-il à l’AFP. La déclaration du 75e anniversaire admet que, depuis sa naissance, «l’Organisation des Nations unies a eu ses moments de déception. Notre monde n’est pas encore celui que nos fondateurs envisageaient il y a 75 ans». «Il est en proie à des inégalités croissantes, à la pauvreté, à la faim, aux conflits armés, au terrorisme, à l’insécurité, au changement climatique et aux pandémies», ajoute-t-elle. Dans le même temps, l’ONU a accompagné la décolonisation, promu la liberté, «atténué des dizaines de conflits, sauvé des centaines de milliers de vies grâce à l’action humanitaire», fait valoir le texte. Pour l’après-pandémie, «nous avons l’opportunité historique de reconstruire en mieux et de manière plus écologique», affirment aussi les dirigeants, alors que l’ONU est de plus en plus paralysée par une rivalité sino-américaine croissante et des antagonismes qui vont jusqu’à opposer Washington à ses alliés européens, comme sur l’Iran. Pour Richard Gowan du centre de réflexion International Crisis Group, «tout le monde s’est focalisé sur les conséquences nationales de la pandémie sans vision globale». Lors d’une visioconférence jeudi, les membres du Conseil de sécurité auront l’occasion de préciser leurs vues sur les réformes à apporter à la gouvernance mondiale, en déficit flagrant face au Covid-19. Mais Richard Gowan et Bertrand Badie ne sont guère optimistes. Avant d’entrevoir une rénovation, il faudrait «d’abord changer d’esprit et de mentalité, sortir de la culture de la guerre froide, ce que les cinq membres permanents (Etats-Unis, Russie, Chine, France, Royaume Uni) refuseront toujours car cela conduirait à une remise à plat de la +communauté internationale+ et à la perte des privilèges de l’oligarchie nucléaire», précise l’expert de l’IEP. «Je suis franchement et profondément pessimiste sur les chances d’une réforme réelle de l’ONU ou d’innovations dans la gouvernance mondiale», indique à l’AFP Richard Gowan. «Je ne vois pas la Chine et les Etats-Unis se mettre d’accord maintenant sur de grandes réformes». (Source AFP)
anniversaire virtuel et en berne