Le Théâtre national algérien Mahiedine-Bachtarzi et l’Agence méditerranéenne d’événementiels et de tourisme, Med Voyages, convie le grand public, aujourd’hui et demain dès 18 heures, à découvrir la pièce de théâtre «Nathan le sage», adaptée de l’œuvre philosophique de l’écrivain, dramaturge et poète allemand Gotthold Ephraïm Lessing. Le rendez-vous d’aujourd’hui, débutera, dès 17 heures sur le parvis du TNA pour assister au lâcher de ballons symboliques en faveur de la paix, donnant ainsi le ton au message de tolérance et de l’amitié interreligieuse.
Placé sous le haut patronage du ministère de la Culture «Nathan le sage», présenté par l’association agissant pour «l’Amitié Inter-Religieuse» (AIR) de la ville française d’Istres, œuvre à transmettre un message humaniste pour la consolidation de la culture de la paix et de l’esprit du «vivre ensemble en paix» dans le monde, dont l’Algérie est initiatrice.
La mise en scène du texte réadapté est réalisée par Alice et Bertrand Kazmareck qui indiquent que «le vivre ensemble est possible en acceptant les différences de chacun », souligne-t-on dans la présentation de la pièce. «Nathan le sage» est le personnage éponyme de la pièce en cinq actes, présentée pour la première fois à Berlin, en 1783. Plusieurs fois adaptée, c’est en 2019 qu’une troupe de comédiens de la ville française d’Istres la met de nouveau sur les planches du théâtre, dans un projet porté par les communautés musulmane et catholique, dans leur désir de réaliser une œuvre commune et mettre à la disposition du public un grand texte classique.
«Nathan le sage» est ainsi porté par les membres d’une association agissant pour «l’Amitié Inter-Religieuse » (AIR), et eux-mêmes de confessions différentes, à l’instar de Djamel Bedra, président de la mosquée Errahma d’Istres (dans le rôle du soufi) et Jean-François Noël, curé de la paroisse d’Istres (dans le rôle du grand inquisiteur).
La trame de la pièce s’articule autour du retour à Jérusalem de Nathan, le sage juif, qui apprend que sa fille a été sauvée par un templier venu participer à la troisième croisade.
Celui-ci, mystérieusement gracié par Saladdin, n’est pas insensible au charme de celle qui lui doit la vie, mais l’Inquisition leur interdit tout rapprochement. Parallèlement, Saladdin demande à Nathan de se prononcer sur la seule question essentielle : quelle est la vraie religion ?
Dans la présentation de la pièce, les metteurs en scène soulignent que «Lessing, représentant des Lumières, répond à cette question du lien entre vérité et religion par le conte des trois anneaux qui assura à cette pièce une renommée et une postérité toujours renouvelées.» ajoutant que «la troupe interreligieuse de l’AIR, composée de musulmans et de chrétiens tous amateurs de théâtre, en propose une nouvelle lecture venant interroger la pertinence d’une telle neutralité au XXIe siècle. Alors que nos prédécesseurs, bien avant Lessing, ont réussi à échanger ensemble sur ces questions sans rien renier de l’identité de chacun, nous faudrait-il renoncer au dialogue et aux exigences de la vérité ? »
Circuit touristique
et culturel, fraternel
et solidaire
Par ailleurs, dans l’esprit de la consolidation du vivre ensemble, grâce à l’initiative de l’Agence d’événementiel et de tourisme Med Voyages et son président, Brahim Djellouadji, un séjour touristique et culturel France-Algérie a été organisé pour des «Rencontres fraternelles et solidaires », à la découverte du patrimoine culturel en Algérie pour «Vivre ensemble en paix» autour de l’œuvre et pièce de théâtre « Nathan, le sage». Ce séjour qui a débuté le 11 février et se poursuivra jusqu’au 17 février, a été entamé par une ballade à Alger.Quant à la journée de mardi passé, les membres de la troupe et de la délégation qui les accompagne, ont visité le monastère de Tibhirine, dans la wilaya de Médéa, puis, ont pris dans l’après-midi la route vers la zaouïa Felghoumi, sur la route de Bou Saâda, pour des rencontres, des échanges et un partage du rituel du thé. Le voyage s’est poursuivi vers la ville de Bou Saâda pour un dîner traditionnel à la zaouia El Hamel. La journée d’hier a été consacrée à une visite guidée de la ville de Bou Saâda et la découverte du musée d’Etienne Dinet.
Les visiteurs ont repris, hier, la route d’Alger avec une halte à Sidi Aïssa et Sour El-Ghozlane pour la découverte des zones steppiques, d’élevages ovins et de transhumances. Ce jeudi, il est aussi prévu une virée au musée du Bardo, au sanctuaire des Martyrs, au Jardin d’Essai et au musée des Beaux-Arts. Pour demain, vendredi, il est prévu une visite guidée de La Casbah et ses palais, la mosquée Ketchaoua, le palais des Raïs. Quant à la journée de samedi prochain, elle sera marqué par une visite guidée de la ville de Tipasa avec au programme la visite du tombeau de la Chrétienne, les ruines romaines et le Musée de Cherchell, et terminer la soirée au village touristique de «La Corne d’or». Le dernier jour sera quant à lui marqué par la visite de la basilique Notre-Dame-d’Afrique.n