Il est parti trop tôt. C’est en toute discrétion que Mimoune Affane, ancien nageur algérien plusieurs fois médaillé en Afrique dans les années 1980, tout comme sa sœur Zaza Affane, a quitté ce bas-monde des suites d’une longue maladie.

Les familles sportives algériennes en général, et natatoires particulièrement, ont perdu, mercredi dernier, une personnalité qui a longtemps servi la Fédération algérienne de natation (FAN) et la discipline après la fin de sa carrière. En effet, le défunt, qui s’est éteint à l’âge de 54 ans, a déjà occupé un poste dans le Bureau fédéral lors du mandat olympique 2013-2017. Il a aussi été directeur technique national (DTN).
Riyad Djendouci, ex-nageur des «Verts», a connu l’homme. Le regretté Affane était à la tête de la délégation algérienne qui a pris part aux Championnats du monde de natation en 2015 en Russie. » C’était une personne très à l’écoute qui essayait tout le temps de transmettre et aider les athlètes à donner le meilleur », témoigne celui qui est spécialisé dans le 50m dos. Le sprinteur est multiple champion d’Algérie détenant toujours des records dans les petits bassins (25 m) sur sa spécialité et distance fétiche.

Une famille de nageurs
Aussi, sur la page officielle de la FAN, nombreuses personnes se sont montrées reconnaissantes envers l’homme. Surtout les Oranais et les habitants de Aïn El-Turk où il avait exercé au poste de directeur du Centre régional de l’éducation physique et sportive (Creps) au début du siècle. On parle, de manière unanime, d’«un grand homme qui a servi l’Algérie» en étant» toujours honnête et correct». En Algérie, plus qu’ailleurs, nager est dans les gênes. C’est souvent une affaire de famille même. L’amour des bassins se transmet. Pour preuve, la famille Affane donne toujours des sportifs à la discipline. Abdelkader Affane (24 ans), fils de feu Mimoune qui porte aussi le nom de son grand-père, est aujourd’hui sociétaire du RT Aïn El-Turk à El-Bahia. Celui qui affectionne le 50 brasse tentera de marcher sur les traces de son père qui était aussi directeur de la jeunesse et des sports (DJS) de la wilaya de Naâma. Abdelkader mettra certainement les bouchées doubles pour honorer celui qui l’a certainement inspiré pour piquer une tête dans l’eau dès son jeune âge. Pour rappel, le brasseur avait pris part aux Championnats du monde russes il y a 3 ans se faisant sortir dès les séries.
Un cap sur lequel butent souvent nos nageurs depuis quelques années. Qui sait ?! Peut-être que la disparition de Mimoune le galvanisera et lui donnera des ailes pour se surpasser et lui offrir un exploit comme il les affectionnait tant. Avant cela, il faudra faire le deuil et c’est déjà une véritable compétition psychologiquement parlant.