Si le Clásico est un choc suivi par le monde entier, le pasillo est devenu depuis les années 1970 une des spécificités du championnat espagnol. En conclusion de la saison 1969-1970, l’Atlético de Madrid remporte la Liga lors de l’ultime journée, un tout petit point devant l’Athletic Club. Les deux institutions partageant les principes de l’effort,

de l’humilité et du fair-play, les Basques se décident à organiser une haie d’honneur en faveur de leurs adversaires madrilènes lors du huitième de finale de la Coupe d’Espagne, une compétition à l’époque prévue après le championnat. Des joueurs emblématiques comme José Ángel Iribar, Javier Clemente, Luis Aragonés ou José Eleugio Gárate vivent ce moment historique au stade Vicente-Calderón, le 17 mai 1970. Depuis ce moment de fraternité, les années sont passées mais le pasillo a toujours été respecté entre toutes les équipes et ce, même lorsque cela impliquait une rencontre entre le FC Barcelone et le Real Madrid. Preuve en est, le pasillo réalisé par le Barça au Real depuis le Camp Nou le 1er mai 1988, afin de saluer le titre obtenu par les Blancos. Victorieux sur sa pelouse (2-0), le Barça jubile. Jusque-là, aucune tension réelle ne ressurgit. Trois ans plus tard, c’est au tour du Real Madrid de réaliser la haie d’honneur dans son enceinte du Santiago Bernabéu contre la Dream Team de Cruyff, sacrée deux journées plus tôt. Les Madrilènes s’exécutent, mais le public local y ajoute son grain de sel en sifflant copieusement l’entrée des Catalans sur la pelouse… Résultat final ? 1-0 pour le Real Madrid.