La deuxième édition du Prix Cheikh-Abdelkrim-Dali de musique andalouse s’est ouverte, jeudi soir à Alger, avec un concert animé par trois artistes devant un public nombreux.

A l’occasion de la cérémonie d’ouverture, le ministre de la Culture Azzedine Mihoubi a annoncé, qu’en hommage à Abdelkrim Dali, le Palais de la culture de Tlemcen sera baptisé du nom de cet artiste et figure de la musique andalouse. Le ministre de la Culture a aussi affirmé que le Prix Abdelkrim-Dali était une manifestation culturelle qui contribue à la «préservation du patrimoine musical andalou ». Accueillie à l’auditorium du palais de la culture Moufdi-Zakaria, la soirée d’ouverture de cette deuxième édition dédiée au grand maître andalou, a été animée par Manel Gherbi, Toufik Aoun et Nesrine Ghenim, qui ont gratifié le public de pièces classiques du répertoire andalou dans ses variantes sanaâ, el ghernati et malouf. Manel Gherbi a ouvert le bal de cette soirée en interprétant «Ya men saken sadri», une nouba exécutée sur le mode mezmoum, avec des rythmes successifs et évolutifs. Toujours sous la baguette de Naguib Kateb, qui accompagnera également les artistes en compétition, Toufik Aoun et Nesrine Ghenim ont étalé des pièces du répertoire andalou devant un public de mélomanes. Accompagnés de l’orchestre de la fondation Cheikh-Abdelkrim-Dali, dirigé par Naguib Kateb, les trois artistes se sont produits en dehors des épreuves finales du concours. Les épreuves finales du concours de la 2e édition du Prix Cheikh-Abdelkrim-Dali ont débuté hier et se poursuivront jusqu’à demain avec la participation de neuf candidats finalistes, issus des trois Ecoles andalouses. Le Prix Cheikh-Abdelkrim-Dali, organisée par la Fondation éponyme, vise à «découvrir et promouvoir de jeunes talents». L’Orchestre maghrébin des musiques andalouses, une fusion des ensembles algérien, tunisien et marocain, animera la soirée de clôture, prévue lundi prochain à l’Opéra d’Alger Boualem-Bessaïh, avec la remise des prix aux lauréats.