Le ministre de la Culture, Azzeddine Mihoubi, a proposé, hier mardi, aux responsables du Musée des arts modernes d’Oran (MAMO) d’organiser une première activité le 21 mars prochain dans cette infrastructure artistique dont les travaux de restauration et d’aménagement ont été achevés.

Lors de sa visite d’inspection effectuée à cette infrastructure artistique, située au centre-ville d’Oran et gérée provisoirement par le musée Ahmed Zabana, Azzeddine Mihoubi a souligné la nécessité d’abriter une première manifestation le 21 mars prochain «afin de créer un printemps culturel à Oran bénéfique à toute la région Ouest du pays, a-t-il dit. Le ministre a estimé que le MAMO est un important acquis pour Oran et le pays d’une manière générale. «Oran qui accueille des évènements d’envergure nationale et internationale, dispose désormais d’un espace pour faire découvrir l’art et la culture nationaux ainsi que le talent et le savoir-faire des artistes algériens».
S’adressant aux responsables du musée,  Azzeddine Mihoubi a promis de doter cette structure de moyens à même d’accueillir de grands artistes algériens pour exposer leurs œuvres. «Oran abritera, en 2021, les Jeux méditerranéens et ce musée offrira une opportunité aux invités étrangers de découvrir la richesse et la diversité artistique et culturelle de notre pays», a-t-il estimé. Par ailleurs, le ministre a demandé de réserver un espace aux œuvres artistiques universelles et autres aux œuvres algériennes et un troisième espace aux artistes d’Oran pour faire la promotion de leurs travaux. Il a également proposé aux responsables du MAMO de créer une instance de consultation regroupant des artistes en vue de les impliquer dans la définition des programmes et dans la préparation des différentes manifestations.
Pour sa part, le directeur du musée
Ahmed-Zabana, M. Ameziane, a souligné que le MAMO redonnera à Oran et à ses artistes la place qui leur revient dans le paysage artistique et culturel national. Le même responsable a relevé que le retard accusé dans l’ouverture du musée réside dans la non-désignation d’agents qualifiés pour sa sécurité et la protection des objets d’art qu’il abritera. Sur ce point, le ministre s’est engagé à résoudre cette question dans les prochains jours. Le MAMO est implanté dans les anciens locaux des ex-Galeries algériennes.
L’opération d’aménagement des locaux, construits en 1930, a été lancée en 2012 pour en faire un musée des arts contemporains, placé sous l’égide de l’Agence nationale de gestion des grands projets culturels. Les explications fournies sur place précisent que le sous-sol de ce musée sera réservé à la conservation et à la restauration des œuvres ainsi qu’aux services d’information. Le premier étage sera ouvert aux visiteurs. Le musée dispose d’un guichet de billetterie, d’un espace pour enfants et personnes handicapées, des points de vente de souvenirs. Les trois autres étages devront abriter des expositions, programmées par la direction du musée.