Après un long silence concernant la restitution des 38 crânes de moudjahidine algériens, exposés actuellement au musée de l’Homme de Paris, voilà que le ministre des Moudjahidine annonce que le dialogue avec la partie française se poursuit toujours par le biais des canaux diplomatiques.

« L’Algérie, et par ses canaux diplomatiques, continue à entretenir le dialogue pour la récupération des crânes de ses martyrs », a annoncé le ministre en marge de la cérémonie de distinctions des lauréats du prix du 1er-Novembre 1954, édition 2016. Rappelons que l’an dernier, la direction du musée s’est dite favorable à la restitution des crânes afin que l’Etat algérien puisse leur offrir une digne sépulture. Le ministre a rappelé, dans ce sens, que le travail des commissions conjointes se poursuivait toujours sur les dossiers de la mémoire, notamment les archives et les victimes des essais nucléaires, dans l’espoir que chacun puisse bénéficier de ses droits. Dans une allocution prononcée à cette occasion, le ministre a précisé que l’organisation d’un concours national du Prix du 1er-Novembre-1954 s’inscrivait dans le cadre des efforts du secteur pour la préservation de la mémoire et de l’histoire nationales. Il a ajouté à ce propos que le « rythme » de travail du secteur dans ce domaine s’était intensifié ces dernières années. Par ailleurs, il a annoncé que le ministère des Moudjahidine aspire à « enrichir la Bibliothèque nationale, à doter les institutions scientifiques et nationales d’un grand nombre d’ouvrages historiques et à diversifier les canaux de transmission de la mémoire nationale aux futures générations, à travers les productions cinématographiques et les supports multimédias », a-t-il indiqué. Récompensant les meilleures œuvres dans le domaine de l’audiovisuel, théâtre, poésie et recherche, le prix du 1er-Novembre a vu la participation de pas moins de 190 participants.