Au moins 51 enfants, des filles pour la plupart, ont été enlevés en 2020 par les groupes armés qui terrorisent le Nord-Est du Mozambique depuis plus de trois ans, selon l’ONG Save the Children. «L’enlèvement d’enfants est devenu une nouvelle tactique, d’une régularité alarmante, de la part des groupes armés impliqués dans le conflit», alerte l’organisation mercredi dans un communiqué, ajoutant que ce chiffre ne reflète que le nombre de cas signalés. Save the Children s’appuie sur des données relevées entre janvier 2020 et janvier 2021 par l’ONG américaine Acled qui collecte des données sur les conflits. Des groupes jihadistes connus localement sous le nom d’»Al-Shabab» («les jeunes» en arabe), multiplient depuis 2017 les attaques dans la province pauvre et à majorité musulmane du Cabo Delgado, frontalière de la Tanzanie. Ils pratiquent une violence spectaculaire, incendiant les villages, décapitant des hommes, pratiquant des enlèvements pour recruter de nouveaux soldats ou des esclaves sexuelles. Les violences jihadistes ont déjà tué 2.800 personnes et forcé 700.000 à fuir dont 364.000 mineurs, selon les ONG et l’ONU.