Après une série de rencontres «Porte ouverte sur la citoyenneté », le mouvement Mouwatana a appelé hier dans un communiqué de son instance de coordination à la poursuite des marches pacifiques. Dans son appréciation de l’évolution de la situation politique, il affirme en tirer les orientations suivantes : «Il nous faut rester mobilisés, poursuivre les marches pacifiques, revendiquer l’arrêt de la répression policière et du bouclage d’Alger, organiser le mouvement populaire, faire rencontrer la société civile, encourager l’opposition politique à unifier sa position en refus du processus électoral, ouvrir un dialogue avec les représentants de l’Etat et aider les derniers tenants du système des années Bouteflika à partir afin d’engager la transition politique vers une République des libertés et des droits ». Mouwatana « descendra dans la rue tous les vendredis de ce mois de Ramadan à Alger et dans les autres villes du pays pour faire avancer la revendication populaire d’un changement politique radical», affirme-t-il dans son communiqué », soulignant à propos de la Présidence de l’Etat et du gouvernement Bedoui que « l’Algérie vit encore sous le 4e mandat, sans Bouteflika ».« Après 12 semaines de soulèvement populaire pacifique, le temps est venu de se rendre à l’évidence pour ceux qui espèrent restaurer le même système de pouvoir sous un autre visage, aucun retour en arrière n’est possible ». « La solution pour organiser le changement est politique », poursuit Mouwatana qui soutient que cette solution « passe par le dialogue afin de mettre en place le mécanisme de la transition démocratique ». Le mouvement annonce prendre part « à l’initiative de préparation d’une conférence nationale unitaire de la société civile ». « Cette conférence fera des propositions concrètes pour débloquer la situation et donner une perspective politique aux millions d’Algériens qui se battent pour leur dignité de citoyens », est-il mentionné dans son communiqué.<