Yazid Ben Aïcha a été élu, vendredi en début de soirée, à la tête du mouvement Ennahda, lors de la tenue de la session constitutive du conseil consultatif du parti, à Alger, et ce, en remplacement de Mohamed Douibi, qui a retiré sa candidature à la dernière minute.

Les travaux, qui ont duré une seule journée, se sont déroulés au niveau de la Mutuelle des travailleurs à Zéralda en présence de la majorité des membres du Conseil appelé également Madjlisse El  Choura (issu du 6e congrès tenu récemment), qui compte actuellement 146 membres. Neuf absences ont été enregistrées en raison de «problèmes logistiques», a affirmé une source du parti.
Après son élection, Yazid Ben Aïcha, qui était membre du conseil, a présenté les grandes lignes de son programme. Ce dernier vise notamment à participer aux élections des différentes assemblées, arracher un maximum de sièges, avoir une importante présence médiatique et œuvrer pour des relations étroites avec les autres partis politiques.
Yazid Ben Aïcha, qui a été élu avec 108 voix parmi 136 votants, avait déjà occupé des postes très importants, ayant déjà été élu président du conseil consultatif, la plus haute instance du parti entre deux congrès, de 2007 à 2013.
Ben Aïcha était l’unique candidat après le retrait de l’ex-secrétaire général du parti, Mohamed Douibi, à la dernière minute.
Dans une intervention très remarquée devant les membres du conseil, ce dernier dira : «J’ai déjà affirmé que j’allais faire parvenir le parti à son sixième congrès (tenu récemment en novembre) sans être à sa tête. J’ai décidé de ne pas me présenter à une autre candidature, mais je ne voulais pas l’annoncer devant les médias.
J’ai entendu dire que la continuation de Douibi signifie la perpétuation de la crise du parti, alors que je n’en suis pas la cause. Je refuse aussi qu’on me situe au même titre que ceux qui ont voulu ruiner le mouvement.» Des propos tenus après s’être longuement exprimé sur la crise de dissidence que subit le parti depuis septembre 2016 pour des raisons toujours controversées.
Des propos qui ont été compris par certains comme un signe d’épuisement chez Douibi. Ce dernier nous expliquera que les raisons qui l’on mené à se retirer de la tête du parti résident dans le fait qu’il voulait donner «plus de chances aux autres et ce dans le cadre de l’alternance que j’ai défendue au sein du parti». Il est à signaler que lors de cette session, Tahar Habchi, ancien cadre militant du parti et député, a été élu à la tête du conseil consultatif d’Ennahda. Ce dernier dira que la question de la présidentielle 2019 «sera abordée lors de la prochaine session qui se tiendra très probablement fin janvier ou mi-février».
Il est à signaler aussi que lors de cette session du conseil consultatif, le nouveau secrétaire général d’Ennahda a désigné une équipe provisoire qui occupera certains postes au niveau du bureau exécutif. Elle compte sept cadres qui auront à gérer les affaires d’Ennahda, selon la nouvelle vision que veut concrétiser son désormais nouveau leader Yazid Ben Aïcha.