Le souhait de création de ce conseil a été exprimé, samedi à Oran, à l’occasion d’une rencontre de Nazih Berramdane et des associations locales qui souhaitent que cette structure, si elle vient d’être concrétisée, servira d’accompagnement aux chefs des communes dans la gestion de leurs affaires.
2 635 associations ont été agréées en un mois à l’échelle nationale sur plus de 4 000 demandes, a indiqué samedi dernier, à Oran, Nazih Berramdane, conseiller auprès du Président de la République chargé du mouvement associatif et de la communauté nationale à l’étranger. Lors d’une rencontre de concertation avec des représentants du mouvement associatif au Centre des conventions Mohamed-Benahmed à Oran, Nazih Berramdane a fait état du dépôt de plus de 4 000 dossiers pour agrément dont 1 376 sont à l’étude et 314 demandes refusées, soulignant que le refus a été notifié aux demandeurs. Il rappelé à ce propos qu’il a été décidé de réduire la durée d’étude des dossiers à 10 jours, décision prise début juin dernier par le ministère de l’Intérieur et des Collectivités locales, et la facilitation de la procédure pour avoir l’agrément qui faisait obstacle, par le passé, à l’activité des associations.
Nazih Berramadane a aussi relevé l’intérêt accordé à la communication avec la société civile à travers les rencontres avec les organes d’information «pour insuffler une transparence aux décisions prises concernant l’avenir du pays et les politiques suivies par l’Etat et associer la société civile à la réflexion sur l’avenir de l’Algérie». Cette rencontre, à laquelle ont pris part des représentants d’association dans plusieurs domaines et de comités de quartier, a constitué un espace pour présenter des propositions et des idées sur la manière d’organiser la société civile pour une meilleure performance et de faire connaître les instruments et mécanismes pouvant être associés dans les prises de décisions en lien avec le développement national.
La plupart des interventions des participants à cette rencontre ont insisté sur la nécessité de créer un conseil consultatif de la société civile qui accompagne les Assemblées populaires communales et de wilaya et d’organiser les associations dans le cadre de fédérations, ainsi que la formation et la mise à niveau des adhérents des associations et l’octroi de locaux aux associations et leur autorisation pour mener des activités de sensibilisation dans les espaces publics.
En réponse, Nazih Berramdane a fait savoir que «les présidents d’APC sont appelés à être à l’écoute en permanence des citoyens par le biais des comités de quartier», tout en insistant sur l’intérêt à accorder à l’avenir à la formation des acteurs de la société civile. Il a insisté également sur les moyens d’organiser la société civile dans chaque wilaya dans le cadre d’une fédération élue représentative de la société civile qui travaille de concert avec les autorités de wilaya et centrales.