Pas vraiment d’un grand soutien ces dernières semaines, l’entraîneur de Tottenham José Mourinho a tout de même eu quelques mots pour Frank Lampard, viré de Chelsea. En expliquant qu’une telle mésaventure fait partie du métier.
C’est officiel depuis lundi: Frank Lampard n’est plus l’entraîneur de Chelsea. Fragilisé par les mauvais résultats des Blues – 9es de Premier League – ces dernières semaines, l’ancien milieu offensif a été remercié par ses dirigeants, pour être remplacé a priori par Thomas Tuchel, l’ex-coach du Paris Saint-Germain.
Dans son malheur, Lampard a vu lundi soir l’un de ses éminents confrères lui apporter un peu de soutien: José Mourinho. Un soutien tardif, puisque la semaine dernière, le Mou avait déclaré que la situation de Lampard à Chelsea n’était «pas (son) problème». Mais après la victoire de Tottenham à Wycombe en Cup (4-1), le Special One – lui-même parti deux fois de Chelsea – a cette fois répondu à quelques questions sur son ancien joueur.

«Lampard n’est pas seulement un collègue»
«Est-ce que je vais le contacter? Je ne pense pas que Frank veuille parler à moi ou à qui que ce soit en dehors de son cercle proche de famille et d’amis, a d’abord glissé le Portugais. Mais je suis toujours triste lorsqu’un collègue perd son emploi, d’autant que Frank n’est pas seulement un collègue. C’est une personne importante dans ma carrière, alors je suis désolé pour lui.»
Et Mourinho d’évoquer l’habituel valse des techniciens dans les clubs professionnels: «C’est la brutalité du football, en particulier du football moderne, regrette-t-il. Quand vous devenez entraîneur, vous savez que tôt ou tard, cela vous arrivera.» Lampard, de son côté, a réagi via un message publié sur les réseaux sociaux.
«Ça a été un grand privilège et un honneur de diriger Chelsea, un club qui a été une grande partie de ma vie, a-t-il écrit sur Instagram. Je voudrais d’abord remercier les supporters pour le soutien incroyable que j’ai reçu ces 18 derniers mois. J’espère qu’ils savent ce que ça représente pour moi. Quand j’ai pris ce poste, j’ai compris les challenges qui attendaient le club dans une période difficile. Je suis fier de nos réussites. Et je suis fier des joueurs de l’académie qui ont fait leurs premiers pas dans l’équipe et si bien joué. Ils sont l’avenir du club. Je suis déçu de ne pas avoir eu le temps cette saison de faire avancer le club et de l’emmener au prochain niveau. Je veux remercier M. Abramovitch, la direction, les joueurs, mon staff et tout le monde au club pour leur travail et leur dévouement, surtout dans cette période inédite et difficile. Je souhaite à l’équipe et au club tout le succès pour le futur.»