Le juge d’instruction près le tribunal d’El Harrouch (Skikda) a ordonné, dans la nuit de mardi à mercredi, de placer le directeur des Moulins d’El Harrouch relevant du complexe SMIDE, ainsi que le responsable commercial et le chef du service marketing, sous contrôle judiciaire pour leur implication dans une affaire de corruption, a-t-on appris mercredi de source judiciaire.
Dans une déclaration à l’APS, la même source a précisé que 23 personnes ont comparu, mardi, devant le procureur de la République et le juge d’instruction près le tribunal territorialement compétent, dont le directeur des Moulins d’El Harrouch, le responsable commercial, le chef du service marketing et un responsable de la sécurité de cette même entreprise, outre l’employé d’une banque et des grossistes, afin d’être entendus dans une affaire d’»achat et de vente de semoule en violation de la loi».
20 personnes ont été relaxées, a souligné la même source, après avoir été entendus pendant de longues heures dans cette affaire dont les faits remontent à la période où la wilaya avait connu une pénurie de semoule sur les marchés locaux, coïncidant avec le début de la pandémie de Covid 19.
A cette période, de nombreux grossistes ont profité de la situation et loué des registres commerciaux à d’autres commerçants qui se sont rapprochés des Moulins d’El Harrouch et obtenu de grandes quantités de semoule de manière illégale avec la complicité des responsables de l’entreprise.
Les mis en cause sont poursuivis pour «abus de fonction, octroi de privilèges injustifiés à des tiers ainsi que de fraude et d’escroquerie dans l’exercice d’activités commerciales». A noter par ailleurs que le procureur de la République près le tribunal d’El Harrouch avait requis la prison à l’encontre du directeur des Moulins d’El Harrouch et des cadres concernés.