Les premiers essais de mise en service de la première ligne du tramway de Mostaganem devront être lancés en mars prochain. L’exploitation de ce moyen de transport devra suivre dans les jours et les semaines qui suivront sur un linéaire de 14 kilomètres. Selon les prévisions des autorités locales, cette ligne du tram mostaganémois sera pleinement opérationnelle au cours de l’été prochain. Ce projet dans la ville de l’ouest algérien, la troisième après Oran et Sidi Bel-Abbès, a été retenu en 2012, il y a une dizaine d’années.

Par Selma Allane
Les travaux ont démarré durant l’automne 2013 pour une mise en service au début de l’année 2017, mais la faillite d’une des entreprises engagées dans les travaux a retardé leur achèvement. Après moult péripéties, le chantier a été relancé, en 2021, et des opérations accélérées ont permis de terminer les structures de base telles que la pose des rails, l’ouverture de tunnels, la construction d’une station pour générateur électrique, ainsi que l’installation des équipements techniques. Il reste maintenant à terminer, d’ici le mois de mars prochain, le centre de maintenance situé à la Salamandre et celui de contrôle principal ainsi que la mise au point des systèmes électriques de 8 stations parmi celles du réseau. Vingt-quatre stations ainsi que 4 agences commerciales sont fin prêtes tandis que 5 rames sur les 24 prévues ont été réceptionnées.
La première ligne du tramway mostaganémois part de la station Kharouba, en face de l’université, avant de continuer vers la cité ALN et Zirout-Youcef, pour traverser le boulevard Dahra et desservir en correspondance avec la Ligne 2 l’ancienne gare SNTF, jusqu’au siège de la Wilaya, pour arriver enfin au terminus du quartier de Salamandre. La ligne 2 partira de l’ancienne gare SNTF, correspondance avec la Ligne 1, et traversera l’avenue Benyahia-Belkacem et la route de Relizane pour rejoindre la nouvelle gare routière, selon la fiche technique du projet. Le coût initial, estimé à 24,34 milliards de dinars (plus de 240 millions d’euros), a dû être probablement révisé en raison de l’interruption du chantier pendant plusieurs mois et des charges supplémentaires conséquentes. En attendant de faire rouler le tramway après des années d’attente, les autorités locales planchent sur un nouveau plan de circulation à l’intérieur de la ville et en fonction des modifications apportées par l’installation du nouveau réseau de transport urbain sur rails. Selon le directeur des transports de la wilaya Riadh Boumediène, interrogé par l’APS, un groupe de travail, élargi à plusieurs secteurs et chargé d’améliorer la circulation dans la ville, a été mis en place. Il précise que ce groupe comprend des représentants des travaux publics, de la construction, de l’urbanisme, de l’architecture, de la sûreté et des communes concernées, ainsi que des professionnels des transporteurs privés déjà opérationnels en milieu urbain mostaganémois. Ces représentants, indique la même source, doivent recenser les «points noirs» de la ville et proposer des solutions, «qui seront examinées par la commission de circulation afin de trancher de façon définitive». n