Les quatre communes de la daïra de Achâacha (Achâacha, Khadra, Ouled Boughalem et Nekmaria) ont bénéficié de projets de développement d’une valeur de 1,6 milliard DA, a appris l’APS mardi 1er février auprès des services de la wilaya. Cette enveloppe financière est destinée à financer 263 projets de développement au titre de l’exercice 2021 pour les secteurs des travaux publics (aménagement, ouverture de pistes et aménagement urbain des zones d’ombre), les ressources eau (raccordement en eau et raccordement en assainissement), l’électrification rurale et l’éducation nationale.
La commune de Achâacha a bénéficié de 94 projets de développement d’une valeur de 700 millions DA, suivie de la commune de Khadra (50 projets) d’une valeur de 840 millions DA, puis les communes de Ouled Boughalem et de Nekmaria avec respectivement 63 et 50 projets d’une valeur de 360 millions et 287 millions DA respectivement, a-t-on indiqué. Le wali de Mostaganem, Aïssa Boulayia, a instruit, au cours d’une réunion d’évaluation tenue dernièrement pour évaluer le programme de développement des collectivités locales, l’épuration de la nomenclature des projets achevés et le rattrapage du retard accusé dans le lancement de 48 projets de développement, notamment dans le domaine du raccordement au réseau d’électricité et de réalisation de canalisations d’assainissement.
M. Boulahia a accordé un mois aux élus locaux pour lancer les chantiers retardés. Il a également chargé l’Inspecteur général de la wilaya d’élaborer un rapport et d’enquêter sur les procédures administratives de certains projets, en particulier ceux en attente depuis quatre mois. En vue d’améliorer les conditions de scolarité au niveau des écoles primaires, les autorités locales ont accordé une aide à l’école Cherif-Djillali, relevant de la commune de Achâacha, pour servir des repas chauds aux élèves afin d’atteindre un taux de 100 % dans cette opération au niveau des quatre communes de la daïra éponyme. Le wali a instruit les présidents d’APC de transférer la gestion des ressources en eau à l’Algérienne des eaux ADE, de valoriser les biens communaux, d’améliorer les conditions d’accueil des citoyens, de confier les dossiers de développement aux gestionnaires intégrés dernièrement, soit 84 fonctionnaires à Achâacha seulement.