Les plages non surveillées de la wilaya de Mostaganem sont de plus en plus fréquentées par des groupes de jeunes venus des quatre coins de la région Ouest (Tiaret, Mascara, Relizane et Mostaganem). Malgré les campagnes de sensibilisation menées par la Protection civile, ces pratiques gagnent du terrain et le risque plane toujours.

Le taux de noyade dans ces endroits est plus important comparé à d’autres plages surveillées par les autorités compétentes. Les rochers sont également, malgré le danger, attracteurs de jeunes qui préfèrent s’y rendre du fait de l’absence de foules comme c’est le cas des plages surveillées. « Nous sommes une dizaine de jeunes du même quartier. Les rochers sont notre lieu de baignade de prédilection car c’est isolé, propre et surtout un lieu habituel depuis des années », nous apprend Karim, la vingtaine, accompagné de ses frères et voisins. Des agents de la Protection civile, interrogés sur ce sujet, affirment que certains estivants qui viennent des différentes localités limitrophes de la wilaya de Mostaganem manquent énormément de prudence. « Ils prennent souvent le risque de se baigner au niveau des plages non surveillées et même en dehors des horaires d’ouverture », bien que les services concernés aient mobilisé les moyens matériels et humains nécessaires pour assurer la sécurité des estivants. « La mauvaise connaissance des lieux et l’imprudence sont les causes principales de ces drames. D’où le nombre important d’habitants des wilayas voisines qui sont victimes de noyade dans ces plages non surveillées », ajoute notre interlocuteur. De ce fait, les familles sont appelées à sensibiliser leurs enfants au sujet de la baignade non autorisée.