Les dirigeants internationaux ont exprimé leur choc, compassion et tristesse suite à l’assassinat de Shinzo Abe, ancien Premier ministre japonais, victime d’une attaque par balles ce vendredi matin lors d’un meeting à Nara, dans l’ouest du pays.

La consternation est unanime. La communauté internationale a réagi à l’attaque mortelle par balles qu’a subi ce vendredi Shinzo Abe, ex-Premier ministre du Japon, alors qu’il prononçait un discours en pleine rue. 

«Au nom du peuple français, j’adresse mes condoléances aux autorités et au peuple japonais après l’assassinat de Shinzo Abe. Le Japon perd un grand Premier ministre, qui dédia sa vie à son pays et œuvra à l’équilibre du monde», a tenu à saluer Emmanuel Macron.

Dès les faits médiatisés, le président de la République avait tenu à dénoncer «l’attaque odieuse dont Shinzo Abe a été victime», se disant «profondément choqué».

Un sentiment d’incompréhension de la part du dirigeant français partagé par son homologue allemand Olaf Scholz.

Ce dernier s’est dit «stupéfait et profondément attristé» par la mort de Shinzo Abe

Le président américain Joe Biden a quant à lui déploré une «tragédie pour le Japon et tous ceux qui l’ont connu». Se disant «stupéfait, choqué et profondément attristré» par l’annonce de la mort de l’ancien Premier ministre japonais Shinzo Abe, Joe Biden a rendu hommage à un homme qui avait «dédié sa vie» au service de son peuple. Le président américain a conclu son communiqué dans un message clair : «la violence par arme à feu marque toujours profondément les populations qui en sont victimes». 

Le chef du gouvernement italien Mario Draghi a assuré vendredi que la péninsule était «bouleversée par le terrible attentat» qui a coûté la vie un peu plus tôt à l’ex-Premier ministre japonais Shinzo Abe.

DISPARITION D’UN «GRAND DÉMOCRATE» 

De son côté, Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne, a tenu à rendre hommage à un «grand démocrate», victime d’un «meurtre lâche et brutal». 

«Je ne comprendrai jamais le meurtre brutal de ce grand homme. Japon, les Européens partagent votre deuil», a quant à lui réagi le président du Conseil européen, Charles Michel disant avoir appris le décès de Shinzo Abe «avec un profond regret».

De son côté, le président russe Vladimir Poutine a déploré une «perte irréparable». Le Kremlin s’est dit «profondément attristé» par cette nouvelle, saluant la méoire d’un «grand patriote» du Japon. 

Dans la tourmente, Boris Johnson a, lui salué le «leadership mondial» de Shinzo Abe. 

«Incroyablement triste pour Shinzo Abe. Nombreux sont ceux qui se souviendront du leadership mondial dont il a fait preuve en des temps difficiles», a tweeté le Premier ministre démissionnaire.