La livre reculait fortement face à l’euro lundi, alors que le Royaume-Uni, qui vient de quitter le marché unique européen, se prépare à de nouvelles restrictions d’activité pour lutter contre la progression effrénée du Covid-19. Dans l’après midi, la livre perdait 1,05% face à l’euro, à 90,29 pence pour un euro, et cédait 0,38% face au dollar, à 1,3620 dollar pour une livre. Les derniers confinements ont affaibli l’enthousiasme des investisseurs pour la livre, d’autant que le Premier ministre Boris Johnson a prévenu que des mesures plus dures pourraient être prises», a commenté Fawad Razaqzada, analyste chez Think Markets. Le Royaume-Uni est l’un des pays d’Europe les plus endeuillés par le Covid-19, avec 75.024 morts. Près de 55.000 personnes supplémentaires ont été testées positives au virus en 24 heures, dépassant le seuil des 50.000 pour le sixième jour consécutif, selon les dernières données officielles communiquées dimanche. «Il se peut que nous devions faire des choses dans les prochaines semaines qui seront plus difficiles dans plusieurs parties du pays», a déclaré Boris Johnson à la BBC. Mais la livre britannique avait atteint quelques heures plus tôt un record en deux ans et demie face au dollar, à 1,3704 dollar pour une livre. «Il va falloir se méfier de la volatilité alors que les effets du Brexit ne sont pas encore clairs», ont prévenu les analystes de OFX. Après un week-end prolongé calme, les conséquences concrètes de la sortie du marché unique et de l’union douanière vont pouvoir être observées à partir de lundi. «Les investisseurs avec une vision à long terme sont très contents de rester éloignés des actifs britanniques», estime Ulrich Leuchtmann, analyste chez Commerzbank.