La Chine, avec ses plongeurs, et la Russie, avec ses nageuses artistiques, ont poursuivi leur domination sans partage sur leur discipline de prédilection respective aux championnats du monde de natation, dimanche à Gwangju, en Corée du Sud. Du haut des plongeoirs, les Chinois ont raflé les cinq premières médailles d’or distribuées : trois dès samedi, et deux nouvelles dimanche, au 1 m messieurs et au 10 m synchronisé dames. Beaucoup plus inhabituel puisqu’il s’agit même d’une première, la Chinoise Xin Xin a elle triomphé dans le 10 km en eau libre (1h54:47.2), ce qui lui vaut, comme aux neuf autres nageuses classées dans le top 10, un sésame pour les JO-2020. La championne olympique en titre de la seule distance olympique de l’eau libre, la Néerlandaise Sharon van Rouwendaal, a empoché le dernier de justesse. Pas la Française Aurélie Muller, double championne du monde du 10 km (2015 et 2017), qui n’a terminé qu’à la onzième place, la première non qualificative, pour un dixième. En natation artistique, après le solo technique samedi, la Russe Svetlana Kolesnichenko s’est parée d’or dans le duo technique, associée à Svetlana Romashina (95,9010 pts), devant les tandems chinois et ukrainiens. A 25 ans, Kolesnichenko est désormais à la tête d’une riche collection de quinze couronnes mondiales !