L’Association européenne des clubs (ECA) a exigé vendredi de la Fifa «un accord» sur la réforme du calendrier international, rappelant l’instance à ses obligations et regrettant «l’absence de réelle consultation» sur son projet d’un Mondial tous les deux ans. Comme nombre d’acteurs du foot mondial avant elle, la puissante ECA «a suivi avec beaucoup d’inquiétude» le lancement par la Fifa «d’une campagne de communication» pour doubler la fréquence de la Coupe du monde, indique-t-elle dans un communiqué. Sur le fond, le lobby représentant 247 clubs, employeurs de la plupart des internationaux présents dans les grandes phases finales, est favorable à une réduction du nombre de fenêtres internationales, mais pas à un Mondial biennal: il n’y a «pas la place» dans le calendrier actuel, expliquait début septembre son directeur juridique, Michael Gerlinger. Le projet de la Fifa aurait «un impact direct et destructeur» sur le football de club, «mettrait en danger la santé et le bien-être des joueurs», «diluerait la valeur et le sens des compétitions de clubs et de sélections» et «entrerait en conflit» avec les tournois féminins et de jeunes, énumère l’ECA. L’association, présidée par le patron du PSG Nasser Al-Khelaïfi, dénonce de surcroît «l’absence de véritable consultation, ou même de consultation tout court» de la part de la Fifa, «en violation directe et unilatérale de certaines obligations juridiques». L’ECA fait référence à l’accord qui régit ses relations avec l’instance mondiale, court actuellement jusqu’en 2024 et doit être rediscuté pour la suite – ce qui implique à ses yeux «des négociations détaillés et une approbation conjointe du calendrier international». Or, si la Fifa a annoncé vouloir «écouter tous les avis», elle n’a pour l’heure prévu qu’une seule consultation formelle: avec ses 211 fédérations membres, réunies jeudi prochain, et parmi lesquelles une majorité de petits pays a financièrement intérêt à un Mondial plus fréquent. «Le risque est de rendre le football meilleur, je suis prêt à prendre ce pari», a déclaré jeudi soir à la BBC Arsène Wenger, qui porte ce projet de révision du calendrier international en tant que directeur du développement de la Fifa. Pour l’ancien entraîneur d’Arsenal, le calendrier actuel «n’est pas clair, pas simple, (ne représente pas) une manière moderne d’organiser la saison». «Si nous continuons comme ça nous allons droit dans le mur», a-t-il ajouté dans le podcast The Sports Desk de la radio britannique.