Lundi, Lakhdar Belloumi est rentré du Maroc. L’ancien international algérien a séjourné pendant trois jours au Royaume chérifien, à Casablanca plus précisément. Une visite intervenue suite à l’invitation des autorités sportives marocaines afin d’officialiser Belloumi comme ambassadeur de la candidature marocaine pour la Coupe du Monde 2026. Le feu vert des autorités algériennes, à leur tête le Président de la République Abdelaziz Bouteflika, est venu faire avorter un imminent incident diplomatique. Pour rappel, l’ex-Fennec a, dans un premier temps, décliné la sollicitation pour le poste. Le malentendu est définitivement enterré.

Lakhdar Belloumi sera, bel est bien, parmi l’équipe des ambassadeurs du Maroc aux côtés d’autres stars du football comme le Brésilien Roberto Carlos, le Tunisien Tarek Diab et le Croate Boban ainsi que des figures du football marocain, Mohamed Timoumi, Naïbet outre Aziz Bouderbala, pour défendre le dossier du Maroc qui ambitionne organiser le Mondial 2026 sur ses terres.  Le week-end écoulé, le ministre marocain de la jeunesse et des sports, Rachid El Alami, et le président de la Fédération royale marocaine (FRM), Faouzi Lakdjah, ont reçu le Ballon d’Or africain 1981. Une manière de donner suite à l’aval présidentiel pour que le joueur aux 100 sélections avec l’EN soit parmi ceux qui défendront la candidature du pays de Mohammed VI visant à abriter le rendez-vous quadriennal du football dans huit ans. A ce sujet, El Alami et Lakdjah n’ont pas manqué de «remercier les autorités algériennes, à leur tête le président de la République, Monsieur Abdelaziz Bouteflika, pour avoir répondu favorablement à la demande du Maroc » Quant au concerné, Belloumi en l’occurrence, il a déclaré « avoir été ému par l’accueil chaleureux des autorités et du peuple marocains»  non sans souhaiter  «du fond du cœur la réussite pour le Maroc d’organiser la Coupe du monde 2026».

Une mission à 15 000 dollars mensuels

Pour rappel, celui qui a été formé par le GC Mascara avait, initialement, refusé l’offre des voisins «après avoir consulté les responsables algériens» pour « éviter toute exploitation.» Néanmoins, le 28 mars dernier, il y a eu rebondissement puisque la Présidence de la République a donné son aval à « la star pour être l’ambassadeur de la candidature de ce pays frère.» Cette décision a obligé le buteur de la CAN 1988 à changer de discours et de posture. « Je peux vous confirmer que je serai bien ambassadeur pour la candidature du Maroc à l’organisation de la Coupe du monde 2026.  L’Algérie et le Maroc sont deux pays voisins, deux pays arabes, maghrébins, musulmans, deux pays frères. Je pense que les Algériens souhaitent qu’un événement de l’ampleur de la Coupe du monde soit organisé par le Maroc», avait-il tempéré, dans un entretien accordé au magazine Jeune Afrique. Il avait aussi tenu à préciser qu’il n’était pas contre l’idée. C’était juste le contexte politique qui l’avait obligé de refuser dans un premier temps. « Je n’ai pas dit que je refusais le rôle d’ambassadeur que me proposait le Maroc, mais simplement que je devais attendre l’accord du gouvernement avant de dire oui. Je ne pouvais pas y aller seul. À partir du moment où les autorités de mon pays ont donné leur feu vert, j’ai donc répondu à la proposition marocaine», a expliqué le prodigieux numéro 10 d’ «El-Khadra » qui percevra 15.000 dollars (200 millions de centimes) par mois pour sa mission. Un bien joli pactole pour jouer un rôle de «médiateur » entre deux pays frères malgré les divergences politiques. Après tout, la fraternité n’a pas de prix. Enfin, il est utile de souligner que le comité d’organisation marocain a enrôlé des vedettes comme  Samuel Eto’o, Didier Drogba, el-Hadji Diouf. Il y aurait aussi deux autres cibles et pas des moindres. On croit savoir que la star portugaise Cristiano Ronaldo et l’Egyptien Mohamed Salah, fraîchement sacré meilleur joueur en Angleterre, sont dans le viseur. Ça fait une belle «dream team ». Un atout pour damer le pion au trio Canada-Mexique-USA qui a déposé une postulation commune. Le pays hôte de l’édition 2026 sera connu le 13 juin prochain.