Le Maroc devait sortir un match solide pour disposer de la Belgique, demi-finaliste de l’édition 2018 de la Coupe du Monde. Et les Marocains n’ont pas manqué le rendez-vous face aux « Diables Rouges » en livrant une partie aboutie pour s’imposer 2 buts à 0. Ce résultat met les « Lions de l’Atlas » en bonne position pour rallier le second tour.

Par Mohamed Touileb
Le Maroc a fait d’une pierre trois coups. En effet, les Belges tombaient pour la première face à une nation africaine en match officiel. De plus, le succès permet aux camarades de Hakim Ziyech de se hisser à la première place du groupe ‘’F‘’ et met fin à une incroyable série de 8 victoires d’affilée de la Belgique dans la phase de groupe du Mondial.
Défense imperméable
Depuis la 2e journée de l’édition 2010, la sélection européenne a remporté tous ces tests de l’écrémage. En plus elle n’avait plus concédé de défaite dans ce tour depuis 1994 aux Etats-Unis. A partir de là, on se rend compte que les voisins ont signé un joli exploit contre les compatriotes d’Eden Hazard. Pourtant, le match ne débutait pas de la meilleure des façons puisqu’il y a eu le forfait, juste avant le coup d’envoi, du gardien Yassine Bounou, élément important dans le dispositif de Walid Regragui.
Le dernier rempart a été pris de vertiges et le sélectionneur a indiqué que le keeper « a pris un coup contre la Croatie. Il était incertain, on a tenté jusqu’au bout. Après l’échauffement, il ne s’est pas bien senti. Il a eu l’honnêteté de laisser sa place à quelqu’un d’autre. C’est ce que j’avais dit. S’il ne se sent pas à 100%, il faut laisser sa place. Yassine l’a compris. Munir a fait un excellent match ». Son remplaçant Mounir El Kajoui a tenu son rang puisqu’il a préservé sa cage inviolée pour permettre à sa sélection de signer son deuxième clean-sheet de suite dans le tournoi.
Regragui sait où son équipe va
Pour ce qui est de la prestation globale, le successeur de Vahid Halilhodzic dira « je suis satisfait mais on sait où on va. Dans ce genre de compétition, entre faire le spectacle et gagner, ou atteindre ses objectifs, il faut choisir. Nous, on a choisi d’être un bloc équipe très cohérent. C’est difficile de nous bouger. Tout le monde travaille. Avec les joueurs de qualité qu’on a, on sait qu’on peut faire quelque chose de grand ». Preuve que l’ensemble du groupe est impliqué, ce sont les deux entrants Sabiri (73’) et Aboukhlal (90’+2) qui ont inscrit les deux réalisations du match. Le coaching de Regragui était payant.
Dans la foulée, il précise : « je ne dis pas qu’on est une grande équipe, mais on sera difficile à battre. Maintenant, le problème, c’est qu’on a énormément de blessés. Est-ce que ça va nous permettre de passer le cap ? ». La prochaine étape sera le Canada qui affrontait la Croatie hier à l’heure où nous mettions sous presse. Même avec 4 points au compteur après deux journées, le Maroc aura besoin d’un nul au minimum pour s’assurer la qualif’ en huitièmes. La méfiance est de mise pour ne pas tout gâcher. n