Gérer des centaines de milliers de supporters dans une seule ville, Doha, sera le plus grand enjeu sécuritaire de la Coupe du monde de foot, ont dit ses organisateurs aux forces de l’ordre des nations qualifiées dimanche au Qatar. Généralement, lors des précédents Mondiaux, seules deux équipes et leurs supporters se retrouvaient en même temps dans une même ville. Du 21 novembre au 18 décembre, les 1,2 à 1,4 million de visiteurs attendus seront réunis dans la capitale qatarie. Organiser la Coupe du monde la plus resserrée géographiquement, avec 75 kilomètres seulement séparant les deux stades les plus éloignés, est le plus grand «défi» du Mondial-2022, a estimé le directeur de la sécurité de la Fifa, Helmut Spahn, lors d’une conférence sur la sécurité dans le pays organisateur.
Avec huit matchs disputés tous les deux jours pendant la phase de groupes (21 nov.-2 déc.), «approximativement 350.000» supporters seront à Doha «en même temps».
«Il faut gérer ça», a-t-il ajouté auprès de l’AFP. «Mais nous pouvons faire l’histoire et je suis presque sûr que nous y arriverons.» Le général major Abdulaziz Al-Ansari, responsable de la sécurité de la Coupe du monde au Qatar, partage cette analyse. «Mais nous sommes très confiants car nous avons tout vu et revu. Bien sûr, il y aura des défis mais le défi participe à la satisfaction.» D’après Spahn, le risque, notamment terroriste, est «faible et sous contrôle» par rapport aux éditions précédentes (Allemagne 2006, Afrique du sud 2010, Brésil 2014 et Russie 2018). «Nous avons eu des menaces d’attaque terroriste avant un Mondial, des grèves dans la sécurité privée et la police, parfois des problèmes d’infrastructures dans des stades qui n’étaient pas prêts. Ca n’est pas le cas ici», a-t-il détaillé. Alors que des groupes de supporters européens s’interrogent sur les règles en vigueur pendant le tournoi pour les femmes, les membres de la communauté LGBTQ ou la consommation d’alcool, Al-Ansari a indiqué qu’un guide serait diffusé le mois prochain. Les délégations des nations concurrentes inspecteront les stades et examineront les transports à Doha dimanche et lundi, a ajouté le responsable.
Les forces de sécurité qataries prévoient un plan de circulation complexe et davantage de transports publics pendant le tournoi. Le riche émirat gazier du Golfe a dépensé près de 6 milliards d’euros pour rénover un stade et construire les sept autres qui accueilleront le Mondial. <