Dans un premier temps, Djibouti, à l’instar du Niger et le Burkina Faso, devait accueillir l’équipe nationale au Maroc. C’est ce à quoi le trio en question avait convenu car ne disposant pas de stade homologué. Toutefois, si les Burkinabés ont maintenu la domiciliation à Marrakech, les Nigériens et Djiboutiens ont décidé de changer le lieu pour recevoir les Algériens. Et ces deux décisions sont loin d’être anodines. Explications.

Par Mohamed Touileb
Dans la diplomatie, il ne faut rien laisser au hasard. Après l’accentuation des tensions entre l’Algérie et le Maroc, les Autorités algériennes ont fait en sorte que la sélection ne se retrouve pas au milieu du conflit. Surtout que l’enjeu sera le précieux ticket pour la Coupe du Monde 2022 qu’abritera le Qatar.

Eviter que le déplacement soit politisé
En effet, depuis quelques semaines, les divergences politiques ont atteint un stade de non-retour. Et, puisqu’il n’y a pas d’apaisement, il fallait mettre «El-Khadra» à l’abri de toute éventuelle déstabilisation. Certes, cela n’est pas pour remettre en considération l’hospitalité des Marocains qui ont mis les Verts dans de bonnes dispositions en marge du la rencontre qui les a mis aux prises face au Burkina Faso le 07 septembre dernier. Un duel qui s’était terminé par un score de parité (1-1). Néanmoins, il faut dire qu’après la fermeture de l’espace aérien entre le deux voisins, le déplacement des «Fennecs» au Royaume chérifien pouvait grandement susciter la polémique.
Ainsi, le ministère des Affaires étrangères algérien (MAE) a activé ses leviers pour anticiper tour cela. C’est pour cette raison que le Niger a été approché afin de ne pas élire Marrakech comme domicile pour la réception des Champions d’Afrique. Et, pour l’anecdote, une personne influente au MAE est même intervenue pour réclamer le changement de l’heure de la rencontre fixée à 14h avant d’être réajustée pour 17h00.

L’Egypte en alternative pour le Djibouti
Pour ce qui est du Djibouti, l’approche a été la même. Eliminés de la course au Mondial, les «Requins de la Mer Rouge» ont saisi la Confédération africaine de football (CAF) afin de faire jouer l’explication qui les met aux prises aux «Guerriers du Désert» en… Egypte. C’est le stade des Forces aériennes (30 juin) du Caire, qui a été élu pour abriter cette empoignade.
Là, il ne s’agit pas de n’importe quelle enceinte. En effet, les lieux sont connus par Riyad Mahrez & cie qui y ont disputé 3 de leurs 4 sorties lors de la CAN-2019.
Par ailleurs, ils ont pu l’emporter à chaque fois en battant le Kenya (2-0) puis le Sénégal (1-0) dans la phase de groupes avant d’y éliminer la Guinée (3-0) en huitièmes de finale.
En réussissant à convaincre les deux adversaires des «Vert» de se produire ailleurs que sur le sol marocain, la diplomatie Dz aurait évité à l’équipe nationale d’être l’objet de chantage et la victime des répercussions politiques. Pour le sens de l’interception, on peut attribuer les trois points aux décideurs. <