Selon également l’étude du Centre de recherche en économie appliquée pour le développement (CREAD), moins de 20 % des étudiants de l’enseignement supérieur sondés ont suivi les cours proposés à distance de façon continu.
Malgré des conditions jugées «acceptables» pour les étudiants comme pour les enseignants, des problématiques de compréhension et de suivi des cours ont été enregistrés lors de l’expérience, lancée en 2020, de l’enseignement à distance au profit des étudiants nationaux, a indiqué le chercheur au sein du CREAD, Chemseddine Tidjani.
«Cette expérience d’enseignement à distance a constitué une première pour 60% des enseignants interrogés», a fait savoir l’intervenant.
Selon lui, «malgré des difficultés et des différences de l’environnement de travail, les conditions sont considérées comme acceptables pour les deux catégories professeurs et étudiants», a-t-il noté.
D’autre part, 42% des étudiants et 47% des enseignants ont estimé que l’enseignement à distance exige un travail plus dense que l’enseignement à l’université.
Pour l’enseignement à distance, notamment via la plateforme «Moodle», 70 % des professeurs et des étudiants ont eu recours à un smartphone alors que 15 % d’entre eux ont utilisé des tablettes. De plus, 93% des étudiants ont indiqué avoir eu accès à internet.
Pour 25% des étudiants interrogés, cette expérience a engendré des difficultés de suivi des cours, un manque de motivation et des difficultés de connexion à internet.
Ainsi, selon M. Tidjani, une moyenne de 10% des étudiants interrogés ont indiqué que l’enseignement à distance a été bénéfique. Les enseignants ont, quand à eux, noté des difficultés pour la préparation des cours et le contact des étudiants dans le cadre de l’enseignement à distance.