Le président de l’Ordre des médecins algériens Mohamed Bekkat Berkani qualifie l’instruction du Président de la République de suspendre les rassemblements à caractère culturel, politique et sportif, de décision tout à fait approprié « si l’on veut réduire le risque de propagation du coronavirus ». Car « tout rassemblement peut devenir un facteur de contamination du virus », a-t-il indiqué lors de son passage hier au Forum du quotidien Rencontre. Comme il a tenu à rassurer dès l’entame de son intervention, «pour l’heure, l’évolution du coronavirus est à tout à fait maîtrisée » non sans faire savoir que « les 20 cas porteurs du virus sont en voie de rétablissement». L’invité du forum, qui est aussi docteur spécialiste en pneumo-physiologie, considère par ailleurs que « le faible nombre de cas avérés chez nous, 20 plus exactement, ne peut pousser à inquiétude d’autant plus que l’origine de leur contamination a été identifiée. C’est un Algérien résidant en France, reçu par sa fille habitant la ville de Boufarik, et par un effet de contact on est arrivé au chiffre de 20 cas diagnostiqués positif au virus ». Ajoutant que « cela a démontré que le pays n’abrite pas de foyer de contamination. La source nous étant venue de l’étranger ». Du coup, selon l’invité du Forum « les pouvoirs publics, compte tenu du niveau actuel de contamination enregistré en France et en Italie, où le flux de personnes vers l’Algérie est important, devrait prendre les mesures qui s’imposent. Celle du moins de redoubler le contrôle aux postes frontières du pays ». Poursuivant son intervention, il dira que « l ’existence chez nous de cas de personnes affectées a tout au moins révélé que nous n’étions pas préparés à confronter ce genre de pandémie ». « On réalise qu’on a pris du retard dans de nombreux échelons de la prévention », regrette-t-il. Et d’ajouter : « D’où l’intérêt de mettre en place des agences de veille sanitaire tout en mettant à leur disposition les moyens humains et matériels pour assumer leurs missions majeur, le dépistage et la prise en charge avec tout ce que cela induit comme conduite à tenir ». Sur ce dernier point, le président de l’Ordre des médecins s’est dit « outré de voir l’état des salles au sein de l’hôpital de Boufarik où était mis en quarantaine les patients affectés par le coronavirus ». Toujours au chapitre de la prévention, ce responsable juge que le pays gagnerait à investir beaucoup plus dans le créneau cité ci-dessus. « La diffusion à grande échelle sur les supports de communications audiovisuels en continu et non pas de façon sporadique est un moyen de convaincre les citoyens que se laver les mains autant que possible peut l’éloigner de beaucoup de maladies infectieuses transmises par contact digital ».
Interrogé sur les moyens de protection mis en place par le ministère de la Santé, l’invité du Forum a estimé que le ministère fait du mieux qu’il peut. « Le ministère de la Santé ne doit pas être le seul impliqué dans la lutte mais toutes les parties prenantes y compris le citoyen qui, par des gestes simples, peut éviter la propagation du virus », a-t-il fait remarquer. Le conférencier a par ailleurs comparé « le coronavirus à un nuage d’été qui passe sur le pays ».
Et pour conclure, l’invité du forum ne s’est pas empêché de critiquer des chaînes de télévision qui invitent sur leur plateau
« des pseudos experts en épidémiologie dont les propos mensongers induisent en erreur les téléspectateurs et, pis encore, créent un climat de méfiance et de peur chez bon nombre de gens ».