« Une revanche avec Ciryl Gane, je signe bien sûr… si je reste en UFC » Le Camerounais Francis Ngannou a mis en pointillé son avenir de combattant d’arts martiaux mixtes samedi après avoir conservé son titre des lourds aux dépens du Français. « Perdre, je suis déjà passé par là », a dit Ngannou à propos de Gane. « Je sais que c’est un très bon combattant, il a les capacités pour se relever. » « Durant les deux premiers rounds, je me suis surtout fié à ma boxe, mais comme je ne bougeais pas aussi bien que lui, j’ai opté pour une autre option. Je ne pensais pas que ce serait un combat de lutte », a-t-il expliqué. « Je ne l’ai pas mis K.-O. mais j’ai déçu ceux qui pensaient qu’il me battrait en cinq rounds. J’étais et je reste le champion. Le boss, c’est moi », a-t-il souri.
Le « Predator » continuera-t-il au sein de l’UFC ? La question se pose alors que son contrat arrivera à terme à la fin de l’année. On n’est certes qu’en janvier, mais un autre combat semble peu probable. Pour deux raisons. La première tient à l’état de son genou droit, endommagé au niveau des ligaments croisés. « Je me suis blessé il y a 25 jours. Je ne voulais donc surtout pas glisser ou prendre un coup dessus, même si j’étais prêt à y laisser ma jambe pour gagner. Je pense maintenant qu’il faudra que je me fasse opérer », a-t-il confié en conférence de presse.

Défié par Tyson Fury sur les réseaux sociaux
La seconde raison tient à son envie de changer d’arène, en troquant la cage grillagée pour le ring de boxe, sa passion première. Il l’a réitéré, sitôt son titre conservé au cœur du Honda Center de Anaheim : « C’est quelque chose que je dois faire avant la fin de ma carrière. » Or à 35 ans, le temps presse pour le Camerounais que Tyson Fury, champion WBC des lourds, n’a d’ailleurs pas attendu pour le défier sur les réseaux sociaux. De quoi irriter Dana White, le patron de l’UFC, avec lequel Ngannou entretient des rapports tendus, ce dernier estimant ne pas être suffisamment rémunéré. « Ce n’est pas qu’une question d’argent, même si ça compte évidemment. Je ne me sens juste pas libre, pas bien traité. Je leur ai plusieurs fois exprimé mon envie de rester et toute cette frustration a fait disparaître ce désir. Je ne me sens pas respecté », a-t-il pesté. n