La mise en détention provisoire de Louisa Hanoune a provoqué des réactions sur la scène internationale, où organisations de défense de droits des travailleurs et organes de presse se relayent pour exprimer leur solidarité et leur soutien à la secrétaire générale du Parti des travailleurs.
C’est le cas de la Confédération syndicale Entente nationale des travailleurs du Cameroun qui a entamé, à son tour, une campagne pour la libération de Louisa Hanoune.
«La Confédération a appris avec stupéfaction et une extrême émotion, la mise en détention de Louisa Hanoune, également co-coordinatrice de l’Entente internationale des travailleurs et des peuples (EIT)», écrit la Confédération dans un communiqué qui exige « la libération immédiate et sans condition» de Louisa Hanoune pour lui permettre de poursuivre «librement» sa lutte.
Par ailleurs, la même Confédération invite les Algériens à inscrire la libération immédiate de la patronne du PT comme «préalable à toute éventuelle discussion politique avec les militaires».
De son côté, l’Entente internationale des peuples et des travailleurs appelle, dans un communiqué rendu public, tous ses membres et adhérents à diffuser l’information concernant l’arrestation de Hanoune auprès des militants ouvriers et démocrates pour garantir une solidarité «internationale» à la secrétaire générale du PT. En Algérie, le Comité national pour la libération immédiate et inconditionnelle de Louisa Hanoune a lancé, hier, une pétition en ligne à travers laquelle il dénonce une incarcération qui touche une responsable politique.
La mise en détention de la secrétaire générale du PT est qualifiée d’acte «antidémocratique» qui criminalise l’action politique, note le comité. Un acte également dirigé «contre les millions d’Algériens» engagés dans une révolution inédite pour le départ du système, poursuit-il.n